ExclusifCryptoactifs : « Le concept du “fan token” semble promis à un bel avenir » (A Broustail, Blockchain EZ)

News Tank Sport - Paris - Entretien n°201032 - Publié le 01/12/2020 à 15:00

« Représenté notamment par Socios.com Activité : plateforme (application mobile) de vote par jeton qui utilise la technologie blockchain Actionnariat : Chiliz, plateforme de cryptomonnaie dédiée au sport et au divertissement, détenue… (ChilliZ), et attirant de nombreuses autres startups, le concept du “fan token” est probablement promis à un bel avenir. Il s’agit d’associer la détention d’un actif numérique à une offre de service spécifique pour le fan d’un club : des droits de vote sur certains sujets, la participation à des événements privilégiés, des réductions sur les boutiques en ligne, etc. », explique Alain Broustail Directeur @ Sword Blockchain • CEO & Co-Founder @ Blockchain EZ
, CEO et cofondateur de Blockchain Technologie de stockage et de transmission d’informations. Il s’agit d’une base de données constituée d’informations vérifiées et groupées à intervalles de temps réguliers en blocs, l’ensemble étant… EZ, à News Tank, le 01/12/2020.

« En 2017 et 2018, des milliers de startups ont vendu du rêve à des investisseurs souvent trop crédules, et une partie significative des projets de l’époque dans le monde du sport se sont révélés être au mieux des projets mal conçus, et au pire des escroqueries. Il a fallu près de deux ans pour que l’écosystème sport et blockchain se structure correctement, et il faut maintenant, alors que le bitcoin Bitcoin (de l’anglais bit : unité d’information binaire et coin « pièce de monnaie »), est une monnaie cryptographique (électronique) est sur le point de dépasser son plus haut historique, absolument éviter que ces erreurs se répètent », explique Alain Broustail, qui fait un tour d’horizon des diverses interactions entre sport et cryptoactifs.

« Dans le sport amateur, l’extension de programmes de fidélité pour les fans à des programmes de remerciement pour les bénévoles aurait particulièrement du sens. La blockchain et les cryptoactifs sont des technologies très appropriées pour des projets sur le thème de ”Aidez notre club, et vous aurez droit à des services et récompenses”. Malheureusement, la réglementation française en matière de bénévolat est extrêmement complexe et, disons-le, très mal faite lorsque l’on parle de dons ou de rétributions », souligne Alain Broustail, qui répond aux questions de News Tank.


« La quasi-totalité des acteurs qui signent aujourd’hui des partenariats dans le football n’existaient pas il y a quatre ans » (A. Broustail)

Les opérateurs de cryptomonnaies deviennent de véritables annonceurs du football : pourquoi les clubs passent-ils des accords avec ces groupes ? Qu’est-ce qui explique l’intensification de ces accords ?

Alain Broustail au Think Football 2020 - ©  News Tank
« Cela fait maintenant déjà des années que les plateformes de trading financier, y compris sur des niches comme les produits dérivés ou les taux de change, sponsorisent le sport en général, et le football en particulier. Elles y trouvent leur compte, ces partenariats leur apportant généralement de bons retours sur investissement.

C’est également le cas pour les opérateurs de services de paris sportifs et de poker en ligne. Le fait est que la base de fan de football est fondamentalement très masculine, compétitive, et encline à la prise de risque. Personne n’est véritablement surpris de constater que la cible pour les plateformes de trading en cryptoactifs, un secteur où la prise de risque et les promesses de gain peuvent être énormes, est la même.

Croissance de plus de 55 % du marché mondial des acteurs de l’écosystème des cryptoactifs en 2020 »

D’après une récente étude du cabinet IDC, le marché mondial des acteurs de l’écosystème des cryptoactifs (dont les opérateurs de trading ne sont qu’un des éléments) connaît une croissance de plus de 55 % sur la dernière année. Un chiffre plus qu’imposant, surtout lorsque l’on considère la crise économique majeure dans laquelle nous nous situons, qui est a priori vouée à perdurer encore quelques temps. En temps normal, il aurait déjà été logique de voir ces acteurs de la blockchain Technologie de stockage et de transmission d’informations. Il s’agit d’une base de données constituée d’informations vérifiées et groupées à intervalles de temps réguliers en blocs, l’ensemble étant… plus présents dans le sponsoring sportif. Et en ces temps de crise, alors que des partenaires plus traditionnels sont en situation difficile, il est encore moins étonnant de voir ce marché en croissance forte prendre leur place.

Et lorsque l’on voit le trend haussier actuel des cryptomonnaies, Bitcoin a pris + 120 % depuis le 01/01/2020, et avec le grand nombre de particuliers entrant sur le marché, il devient naturel de voir les plateformes de trading investir pour se faire connaitre. 

Certains constateront aussi avec un peu de malice que la plupart de ces sociétés, qu’elles se positionnent sur les paris en ligne, le poker, le trading ou les places de marché crypto, ont aussi souvent le point commun d’être opérés depuis des géographies à la fiscalité et aux réglementations que nous qualifierons d’allégées, comme Malte, Chypre ou encore l'Île de Man.  

Quels services de cryptomonnaies séduisent les fans ?

Les plateformes de trading sont les acteurs les plus représentés de ce marché »

Tout d’abord, je préfère aujourd’hui utiliser le terme de cryptoactifs au lieu de celui de cryptomonnaie. Il existe aujourd’hui différents types d’actifs numériques échangeables sur les blockchains (rappelons qu’il s’agit à la base d’une technologie d’échange de données décentralisée), et peu d’entre eux s’apparentent finalement à une monnaie. Si certains visent éventuellement à servir de moyen de paiement, ou pour être plus honnête, de réserve de valeur, une majorité aujourd’hui est associée à une valeur utilitaire : leur possession permet d’obtenir un droit d’usage à un service. On parle ainsi en anglais d’Utility Tokens Un token peut désigner :
• une monnaie sous forme de jetons physiques utilisables dans un endroit défini.
• un actif numérique émis et échangeable sur une blockchain. Il peut représenter, par exemple…
. D’autres, que l’on appelle les Security Tokens, sont des équivalents numériques d’instruments financiers non-cotés en bourse. Les NFT, Non Fongible Tokens, correspondent quant à eux à des objets digitaux uniques, comme par exemple des cartes à collectionner pour des jeux vidéo, ou des billets dématérialisés pour des matches. Et cette liste ne s’arrête pas là.

La quasi-totalité des acteurs qui aujourd’hui signent des partenariats dans le football n’existaient pas il y a quatre ans. Les premiers, et les plus nombreux à se présenter sur le marché, sont les opérateurs de plateformes de trading. Il s’agit de l’équivalent de bourses en ligne, à travers lesquelles un investisseur peut déposer des fonds en euros, acheter et revendre des centaines de cryptoactifs différents.

Déçu du peu de services réellement proposés aux détenteurs de fan token »

Les plateformes de fan engagement sont probablement pour les clubs et les ligues la deuxième source de revenus issus du monde crypto. Représenté notamment par Socios, et attirant de nombreuses autres startups, le concept du fan token est probablement promis à un bel avenir. Il s’agit d’associer la détention d’un actif numérique à une offre de service spécifique pour le fan d’un club : des droits de vote sur certains sujets, la participation à des événements privilégiés, des réductions sur les boutiques en ligne, etc. À l’heure actuelle, on peut légitimement être déçu du peu de services réellement proposés aux détenteurs de fan token, que l’on soupçonne d’être plus des traders à la recherche d’outils de spéculation que des véritables fans. Mais au fur et à mesure du développement de ces offres, nous devrions voir de beaux projets se développer.

"Song 2" de Blur, le titre choisi par les fans de la Juventus via Socios.com pour accompagner les buts inscrits à domicile - ©  Socios.com

Les Français de Sorare ont signé de nombreux partenariats dans le monde »

Un troisième type d’acteurs a commencé à signer des partenariats il y a 18 mois aujourd’hui, il s’agit d’éditeurs de jeux vidéo fonctionnant sur le principe de cartes de sportifs à collectionner. La blockchain permet de gérer l’émission et l’échange de ces cartes, et notamment de garantir la rareté de certaines d’entre elles. De facto, un joueur peut s’assurer d’être l’heureux détenteur d’une carte très rare, et pourra peut-être même la revendre contre des euros sur un second marché. On félicitera les Français de Sorare Activité : plateforme permettant d’acheter, vendre et jouer avec des cartes crypto-digitales (blockchain) Création : 2018 Président et co-fondateur : Nicolas Julia Directeur technique et… qui ont signé de nombreux partenariats dans le monde Publié le 28/07/2020 à 14:00
Sorare, startup française qui développe une fantasy league basée sur la blockchain, passe un accord de licence avec l’Olympique de Marseille (Ligue 1 Uber Eats) à partir de 2020 pour intégrer les…
, et on gardera aussi l’œil sur les nombreuses solutions concurrentes récemment lancées dans le football, le basket ou encore le baseball.

Faut-il se méfier de ces sociétés ? Y a-t-il des carences dans les organismes de contrôle / régulation ?

Dimitri Payet (OM), avec le logo d’Iqoniq sur la manche - ©  Olympique de Marseille
Il est très important de se poser cette question effectivement. De nombreux abus ont eu lieu lors du grand buzz des cryptoactifs fin 2017 et début 2018. Pendant une période d’un an, des milliers de startups ont vendu du rêve à des investisseurs souvent trop crédules, et une partie significative des projets de l’époque dans le monde du sport se sont révélés être au mieux des projets mal conçus, et au pire des escroqueries. Il a fallu près de deux ans pour que l’écosystème sport et blockchain se structure correctement, et il faut maintenant, alors que le bitcoin est sur le point de dépasser son plus haut historique, absolument éviter que ces erreurs se répètent.

Par chance, il existe fin 2020 un contexte réglementaire beaucoup plus cohérent, et l’émission ou l’achat / revente de cryptoactifs sont aujourd’hui encadrés par une réglementation française et européenne. Tout opérateur impliqué se doit ainsi notamment de respecter l’état de l’art en matière de contrôle d’identité et d’origine des fonds, en règle avec les lois sur le financement du terroriste et le blanchiment d’argent. L’Autorité des Marchés Financiers (AMF L’Autorité des marchés financiers est une autorité publique française indépendante créée en 2003. Elle veille à la protection de l'épargne, à l’information des investisseurs et au bon fonctionnement… ) en France fait un travail important pour donner de la clarté sur ce qui est possible ou non, et a d’ailleurs créé un statut, le PSAN - Prestataires de Services en Actifs Numériques, qu’elle délivre aux plateformes adressant le marché français.

La Commission Européenne a par ailleurs publié fin septembre 2020 des propositions de textes de loi sur le statut des cryptoactifs qui, bien que non votées encore, tendent à donner une forte légitimé juridique qui peut-être leur manquait jusqu’alors. 

La réglementation continue de présenter de nombreux points sombres »

Malgré ces points, la réglementation continue de présenter de nombreux points sombres, et nous ne pouvons que recommander aux clubs intéressés par ces partenariats à prendre conseil pour vérifier la conformité de leurs partenaires avec les règles en place. Récemment ainsi, la société IQONIQ Activité : plateforme de social media et de fan engagement Création : 2017 • Lancement de la plateforme septembre 2020 Siège social : Monaco PDG et fondateur : Kazim Atilla Partenariats… , une startup se positionnant sur le marché du fan engagement, a été pointée du doigt par la presse spécialisée concernant sa stratégie de levée de fond par émission de token (une ICO), créant notamment quelques suspicions autour de ses partenaires, dont en France l’Olympique de Marseille Activité : club de football professionnel français Partenaires majeurs : • Uber Eats (livraison de repas à domicile) : sponsor maillot principal, 2019-2022 • Puma (équipementier) : à partir de… ou encore l’AS Monaco FC Activité : club de football professionnel, affilié à la Fédération Française de Football Partenaires majeurs : • Kappa (équipementier) : 2019-2025 • Fedcom (vente de matières premières) …  (Ligue 1 Uber Eats Appellation du Championnat de France de Ligue 1 pour la période 2020-2022.

Uber Eats, application de livraison de repas à domicile, filiale de l’application mobile de chauffeur indépendant Uber…
).

• La loi Pacte du 22/05/2019 instaure un cadre pour les levées de fonds par émission de jetons (Initial Coin Offering ou ICO) et les prestataires de services sur actifs numériques (PSAN). Ce texte impose :

-  l’obligation pour l’émetteur de jetons d’être constitué sous la forme d’une personne morale établie ou immatriculée en France ;

- la fourniture d’un document d’information destiné à donner toutes les informations pertinentes sur l’offre de jetons, le projet financé et l’entreprise ;

- la mise en place d’un dispositif permettant le suivi et la sauvegarde des actifs recueillis à l’occasion de l’offre ;

- le respect des règles en vigueur en matière de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme.

• Les levées de fonds sans visa de l’AMF restent légales en France, le visa étant optionnel. Toutefois, les émetteurs qui n’ont pas reçu le visa de l’AMF ne peuvent pas démarcher le grand public.

Même si les accords de sponsoring se sont multipliés, les clubs vont-ils encore assez loin dans l’utilisation de ces services ?

La blockchain permet de gérer une billetterie dématérialisée »

La technologie blockchain apporte avec elle de nouveaux usages, comme les fan token ou les cartes de jeux vidéo à collectionner évoquées plus tôt. Les clubs, fédérations et ligues de football doivent cependant faire une veille technologique, car la blockchain s’est déjà positionnée sur de nombreux autres sujets. La crise du sport professionnel en 2020 n’a pas aidé aux développements de ces offres, espérons que 2021 nous donne à tous l’occasion d’en reparler.

Présentons-en quelques exemples intéressants :

• Permettre à des particuliers d’investir dans la carrière de jeunes joueurs de football professionnels, et éventuellement de bénéficier d’une partie de leurs revenus, ou de leurs primes de transferts futurs. Si ce sujet se heurte en France à de nombreux obstacles réglementaires, on peut regarder avec attention l’initiative récente en la matière du Vasco de Gama (club de Rio de Janeiro) au Brésil.

L’actionnariat populaire est un sujet encore peu courant en France qui pourtant permet de ramener des fonds et surtout de fidéliser des fans. L’actionnariat populaire peut être facilité par l’émission d’actions sur la blockchain (les securities token). Le contexte juridique permet en effet déjà en France et en Europe de dématérialiser une procédure d’augmentation de capital au grand public et, à défaut de permettre des listing automatisés comme en bourse, de faciliter des transactions d’achat / vente en temps réel entre actionnaires particuliers.

• Avec un système de billetterie dématérialisée, la blockchain offre aux clubs et ligues un contrôle complet sur leur second marché. L’UEFA UEFA : Union des Associations Européennes de Football • Création : 15/06/1954 • Siège social : Nyon (Suisse) • Associations membres : 55 • Chiffre d’affaires 2019-20 : 3 038,2 M€ …  avait d’ailleurs initialement prévu d’utiliser cette technologie pour l’Euro 2020 Devait être organisé du 12/06 au 12/07/2020 dans 12 villes de 12 pays qui relèvent de l’UEFA. Mais la pandémie de coronavirus (Covid-19) a contraint l’UEFA à reporter la compétition d’un an, le… , espérons que le public soit autorisé au stade et nombreux à pouvoir profiter de ces billets nouvelle génération l’été prochain.

• La blockchain est un excellent moyen de gérer des preuves numériques, et de pratiquer de la signature électronique sur des documents. Santé et sport peuvent ainsi à titre d’exemple en bénéficier, que cela soit pour fournir une piste d’audit dans le contexte des contrôles antidopage, ou pour vérifier l’authenticité de résultats de tests du Covid-19, comme proposé par la société SICPA qui a lancé plusieurs expérimentations dans le monde sportif, y compris au sein de clubs de Ligue 1.

Le sport amateur est-il aussi touché par le phénomène ?

Il est plus facile de faire un cadeau à un fan qu’à un bénévole qui pourtant s’investit des heures toutes les semaines pour son club »

Le sport amateur pourrait aussi grandement bénéficier de la blockchain sur certains sujets. Prenons le seul exemple du bénévolat, sans qui les clubs amateurs ne peuvent pas survivre, et qui prend de plein fouet la crise actuelle. Les bénévoles sont de moins en moins nombreux. L’extension de programmes de fidélité pour les fans à des programmes de remerciement pour les bénévoles aurait particulièrement du sens. La blockchain et les cryptoactifs sont des technologies très appropriées pour des projets sur le thème de ”Aidez notre club, et vous aurez droit à des services et récompenses”. Malheureusement, la réglementation française en matière de bénévolat est extrêmement complexe et, disons-le, très mal faite lorsque l’on parle de dons ou de rétributions. Il est plus facile de faire un cadeau à un fan, que l’on ne connaît peut-être pas encore, qu’à un bénévole, qui pourtant s’investit des heures toutes les semaines pour son club. La blockchain n’a pour l’instant pas réussi à trouver de solutions sur ce point. De plus, les clubs qui ont le plus besoin de ces bénévoles sont aussi ceux qui ont le moins de moyens pour lancer de tels programmes, qui ne peuvent fonctionner sans l’aide d’une ligue ou d’une fédération.

Nombreuses initiatives pour le sport amateur »

Notons aussi en France et dans d’autres pays, de nombreuses initiatives passées et en cours pour le sport amateur, allant de l’idée à la mise en œuvre : possibilité de se créer une chaîne de streaming vidéo privée et monétisée par une technologie blockchain, utilisation de chèques cadeaux sport numérique financés par les entreprises et comités d’entreprises (on vous conseille d’ailleurs de jeter un coup d’œil à l’offre de cryptosport.io), licence des sportifs dématérialisée, traçabilité et usage des fonds fédéraux et publiques distribués, etc.

Quel est le positionnement de Blockchain EZ sur ces sujets ?

Blockchain EZ - ©  Blockchain EZ
Nous accompagnons depuis deux ans maintenant des acteurs du monde du sport dans leurs réflexions blockchain. La toute première étape de notre démarche méthodologique consiste à présenter de manière simple et vulgarisée ce qu’est cette technologie, les cas d’usage et qui sont les acteurs autour, nos interlocuteurs étant rarement des informaticiens ou des crypto traders. Nous avons identifié plus de 80 projets sur le thème blockchain et sport, que nous utilisons pour illustrer nos propos. Si le club a ensuite les idées claires sur son projet, nous l’accompagnons dans sa démarche, tant sur des aspects IT que juridiques, et le cas échéant nous le présentons au bon partenaire. »

Alain Broustail


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

Blockchain EZ
CEO & Co-Founder
Sword Blockchain
Directeur
SmartCo
International Business Developer

Fiche n° 37277, créée le 05/12/2019 à 13:30 - MàJ le 14/01/2020 à 20:38