Début

Marché de la TV payante : « Je ne vois pas Mediapro se lancer seul » (Arnaud Simon, In&Out Stories)

Paris - Publié le jeudi 5 décembre 2019 à 16 h 00 - n° 169622 « Pour MediaproMediapro c’est un coup dur (l’attribution des droits TV de la Ligue des champions à Canal+Canal+ et beIN SportsbeIN Sports), cela s’est vu à la réaction de Jaume RouresJaume Roures (le président de Mediapro a menacé l’UEFAUEFAUnion des Associations Européennes de Football de déposer plainte suite à l’attribution des droits). Toutes les alliances sont aujourd’hui possibles. Ce qui me paraît à peu près certain c’est que Mediapro ne se lancera pas seul », déclare Arnaud Simon, directeur général d’In&Out Stories, société de conseil pour organisations sportives nationales et internationales, à News Tank, le 04/12/2019, suite à l’attribution des droits de la Ligue des champions, le 29/11/2019.

Les droits de diffusion en France de la Ligue des champions, sur le cycle 2021-2024, ont été attribués aux groupes de TV payante Canal+ et beIN Sports et au groupe de télévision gratuite TF1 (pour la finale en clair), le 29/11/2019. Le montant global des droits serait de 375 M€ par saison selon L’Equipe. Les droits de l’Europa Ligue et l’Europa Conference Ligue n’ont pour le moment pas été attribués.

« Ces droits sont en hausse de 19 % (Altice EuropeAltice Europe paye un montant estimé de 315 M€ par saison sur le cycle 2018-2021 ; 350 M€ avec l’Europa Ligue), ce qui est presque décevant compte tenu du contexte. Toutes les circonstances étaient réunies pour que cela explose et ça n’a pas explosé. Cela est à mettre en perspective avec ce qui s’est passé au Royaume-Uni où les droits des Coupes d’Europe sont en quasi-stagnation (+ 1,5 %) et ceux de la Premier LeaguePremier LeagueLigue professionnelle qui gère la Premier League, la 1ère division professionnelle anglaise (20 clubs). en légère baisse (- 7 % pour les droits TV domestiques sur le cycle 2019-2022) », déclare l’ancien vice-président Europe contenu et production du groupe audiovisuel américain DiscoveryDiscovery, qui répond aux questions de News Tank.
Arnaud Simon - © D.R.
Arnaud Simon - © D.R.

« Ce qui va compter, ce n’est pas tant qui a les droits mais plutôt comment ils vont être commercialisés » (Arnaud Simon)

Quels sont les principaux enseignements de cette attribution des droits TV de la Ligue des champions ?

C’est un peu « Retour vers le futur » avec Canal+Canal+ et beIN SportsbeIN Sports qui se partagent les droits de la compétition comme lors du cycle précédent (2015-2018). Mais ce qui va compter, ce n’est pas tant qui a les droits mais plutôt comment ils vont être commercialisés.

Concernant les montants, on est sur une augmentation de 19 %, ce qui est presque décevant compte tenu du contexte. Toutes les circonstances étaient réunies pour que cela explose et ça n’a pas explosé. Cela est à mettre en perspective avec ce qui s’est passé au Royaume-Uni où les droits TV des Coupes d’Europe sont en quasi-stagnation et ceux de la Premier LeaguePremier LeagueLigue professionnelle qui gère la Premier League, la 1ère division professionnelle anglaise (20 clubs). en légère baisse.

Il semblerait qu'il n'y ait pas la même confiance en Mediapro qu'en Canal ou beINEnfin pour MediaproMediapro, c’est un coup dur et cela s’est vu à la réaction de Jaume RouresJaume Roures (le président de Mediapro a menacé l’UEFA de déposer plainte). Il y a plusieurs interprétations possibles. L’UEFAUEFAUnion des Associations Européennes de Football a peut-être voulu sécuriser son dernier cycle de ventes de droits classique (à des opérateurs traditionnels). Il semblerait qu’il n’y ait pas forcément la même confiance en Mediapro qu’en Canal+ ou beIN Sports sur le marché français. En tout cas, cela casse la dynamique de Mediapro.

Une possible plainte de Mediapro auprès de l’UEFA a-t-elle une chance d’aboutir ?

Je n’ai pas tous les éléments à ma disposition, mais je ne pense pas.

« Il y a eu une magouille. Nos offres étaient meilleures sur les deux tours » (Jaume Roures, Mediapro, le 29/11/2019)

« Il y a eu une magouille. Nos offres étaient meilleures sur les deux tours » (Jaume Roures, Mediapro, le 29/11/2019)

• « Nous allons attaquer l’UEFA en justice, en Suisse, pour demander l’accès à la documentation de l’appel d’offres, du premier et du deuxième tours. Si nous pouvons le faire dès aujourd’hui, nous le ferons. Nous souhaitons que les offres remises par chacun soient rendues publiques. Nous sommes convaincus d’avoir gagné l’appel d’offres… Après, il y a eu du mouvement entre hier après-midi (28/11/2019) et ce matin (29/11/2019) pour arriver à mettre d’accord Canal+ et beIN Sports. Je rappelle que l’appel d’offres ne permet pas à deux diffuseurs d’y aller ensemble, du moins deux gros et Canal et beIN ne sont pas des petits »

• « Il y a eu une magouille. Nos offres étaient meilleures sur les deux tours. Depuis hier après-midi, l’UEFA était en train de tenter d’arriver à cet accord entre Canal+ et beIN Sports pour faire monter l’offre… Mais on ne nous a pas donné l’opportunité de faire quelque chose.


•  »(375 M€), c’est un peu supérieur à ce que nous avons offert… Mais s’il y avait une offre de 375 millions d’euros dès hier, pourquoi attendre ? Ils auraient pu rendre le résultat public hier."

Jaume Roures, président et fondateur du groupe audiovisuel sino-espagnol Mediapro, à L'Équipe, le 29/11/2019

Quel avenir pour RMC Sport ?

Les opérateurs télécoms n’arrivent jamais à rentabiliser leurs investissements dans les droits sportifsEst-ce que le groupe (Altice) avait réellement encore besoin des droits de la Ligue des champions ? La question se pose. Cela a boosté leur marque et SFR a regagné des abonnés, mais les opérateurs télécoms n’arrivent jamais à rentabiliser leurs investissements dans les droits sportifs. Cela a été le cas d’Orange en France, il y a quelques années et c’est le cas de BTBT Sport aujourd’hui au Royaume-Uni, même s’ils continuent à investir, mais cela ressemble plus à un investissement marketing.

Entre Canal+, beIN Sports et Mediapro, qui vous semble avoir la meilleure offre ?

Aujourd'hui la Ligue des champions est peut-être un droit plus puissant que la Ligue 1C’est difficile à dire, mais Canal+ avec la Ligue des champions possède un droit peut-être plus puissant que la Ligue 1. Il y a de plus en plus d’offres de sport, de cinéma, de séries et le consommateur est donc de plus en plus sélectif. Le qualitatif devient de plus en plus important par rapport au quantitatif et le grand moment fédérateur, c’est la Ligue des champions. Créer l’indispensabilité avec les meilleures affiches de Ligue des champions plutôt qu’une satisfaction régulière avec le feuilleton Ligue 1 me semble aujourd’hui plus intéressant pour un opérateur de TV payante.

Est-ce que ces acteurs vont réussir à rentabiliser leurs droits ?

Je ne crois pas au modèle économique de MediaproJe ne crois pas au modèle économique de Mediapro avec 4 millions d’abonnés à une chaîne à 25 euros par mois avec juste leurs droits sur la Ligue 1 et la Ligue 2 (huit matches en exclusivité par journée pour chacune des compétitions sur le cycle 2020-2024). Je ne les vois pas lancer une chaîne telle quelle, il va forcément y avoir des alliances pour proposer une offre que les fans attendent. Les fans aujourd’hui ne veulent plus payer plusieurs abonnements pour suivre leur équipe favorite, c’est ce que les Américains appellent « le subscription fatigue. »

Concernant beIN Sports, ils sont de plus en plus vigilants sur la rentabilité de leurs investissements, mais la chaîne a déjà perdu beaucoup d’argent et elle rentre dans la stratégie globale de soft power du Qatar.

Canal+ cherche à devenir un agrégateur indispensableCanal+ est un peu en train de changer de modèle et cherche à devenir un agrégateur indispensable plutôt qu’un éditeur (Canal+ a notamment signé un accord de distribution avec NetflixNetflix, effectif depuis le 15/10/2019). L’objectif étant d’être en position de force pour proposer des packages d’abonnements les plus attractifs possibles.

Parmi les futurs rapprochements possibles entre les quatre opérateurs, quel est celui ou quels sont ceux qui vous paraissent le(s) plus probable(s) ?

Canal cherche à externaliser certains coûts donc Mediapro peut répondre à cette attenteC’est très difficile à dire, je n’ai pas de boules de cristal et toutes les alliances sont possibles. Ce qui me paraît à peu près certain, c’est que Mediapro ne se lancera pas seul. Canal cherche à externaliser certains coûts, donc Mediapro peut répondre à cette attente.

Les fédérations/ligues des autres sports doivent-elles s’inquiéter de la hausse des droits du football ?

Le qualitatif devient de plus en plus important par rapport au quantitatifOn en revient à ce mode de consommation sélectif. Le qualitatif devient de plus en plus important par rapport au quantitatif, les droits premium deviennent de plus en plus chers et les chaînes se dispersent moins dans leurs investissements. Les compétitions les plus fortes sont en train d’assécher le marché des droits parce que les modes de consommation ont changé. Pour les droits non-premium, il y a une vraie problématique de modèle économique, il va falloir en inventer un nouveau.

Principaux droits TV des chaînes payantes en France

Principaux droits TV des chaînes payantes en France

  •  2019-20
    Canal+ • Ligue 1 Conforama : trois affiches par journée (550 M€)
    • Premier League  : co-diffusion avec RMC Sport (50 M€)
    • Top 14 (97 M€)
    • Domino’s Ligue 2 : un match par journée (10 M€)
    • D1 Arkema
    • Formule 1 (saison 2019)
    • Moto GP (saison 2019)
    beIN Sports • Ligue 1 Conforama : sept matches par journée, choix 4 à 10 (180 M€)
    • Domino’s Ligue 2 : neuf matches par journée dont le choix 1 (12 M€)
    • Euro 2020 (38 M€)
    • LaLiga Santander (30 M€)
    • Bundesliga
    • Serie A TIM
    • NBA, NFL, MLB, MLS
    • Rugby : Coupes d’Europe (H Champions Cup, Challenge Cup)
    • Handball : Lidl Starligue, Ligue des champions masculine et féminine
    • Tennis : Wimbledon, Coupe Davis, Fed Cup
    RMC Sport • Ligue des champions et Europa Ligue (350 M€)
    • Premier League : co-diffusion avec Canal+ (50 M€)
    • Basket : Jeep Elite (10 M€), Turkish Airlines Euroligue
  •  2020-21
    Canal+ • Ligue 1 Uber Eats : deux matches par journée dont le choix 1 28 journées sur 38 (330 M€), objet d’un accord de sous-licence avec beIN Sports
    • Premier League  : co-diffusion avec RMC Sport (50 M€)
    • Top 14 (97 M€)
    • Formule 1 (saison 2020)
    • Moto GP (saison 2020)
    • D1 Arkema
    beIN Sports • Ligue 2 : deux affiches par journée
    • LaLiga Santander (30 M€)
    • Bundesliga
    • Serie A TIM
    • NBA, NFL, MLB, MLS ( ?)
    • Rugby : Coupes d’Europe (H Champions Cup, Challenge Cup)
    • Handball : Lidl Starligue, Ligue des champions masculine et féminine
    • Tennis : Wimbledon, Coupe Davis, Fed Cup
    Mediapro • Ligue 1 Uber Eats : huit matches en exclusivité par journée (304 par saison dont les 10 meilleures affiches) + 19 matches par saison en co-diffusion (780 M€)
    • Ligue 2 : multiplex de huit matches
    RMC Sport • Ligue des champions et Europa Ligue (350 M€)
    • Premier League : co-diffusion avec Canal+ (50 M€)
  •  2021-22
    Canal+ • Ligue 1 Uber Eats : deux matches par journée dont le choix 1 28 journées sur 38 (330 M€), objet d’un accord de sous-licence avec beIN Sports
    • Ligue des champions : affiches du mardi et du mercredi soir (310 M€)
    • Coupes d’Europe de football : affiche d’Europa Ligue (ou d’Europa Conference Ligue, au choix)
    • Premier League  : co-diffusion avec RMC Sport (50 M€)
    • Top 14 (97 M€)
    • D1 Arkema
    beIN Sports • Ligue des champions : intégralité des rencontres à l’exception des deux meilleures rencontres par journée soit 104 au total (65 M€)
    • Ligue 2 : deux affiches par journée
    • Rugby : Coupes d’Europe (H Champions Cup, Challenge Cup)
    • Handball : Lidl Starligue, Ligue des champions masculine et féminine
    • Tennis : Wimbledon, Coupe Davis, Fed Cup
    Mediapro • Ligue 1 Uber Eats : huit matches en exclusivité par journée (304 par saison dont les 10 meilleures affiches) + 19 matches par saison en co-diffusion (780 M€)
    • Ligue 2 : multiplex de huit matches
    • Europa Ligue et Europa Conference Ligue : tous les matches sauf la meilleure affiche de l’une des deux compétitions
    RMC Sport • Premier League : co-diffusion avec Canal+ (50 M€)

Note : Les montants indiqués sont des montants estimés et non officiels

Ligue des champions : droits TV de la Ligue des champions dans les pays du Top 5

Ligue des champions : droits TV de la Ligue des champions dans les pays du Top 5

Infographie

Les pays du Top 5 Les pays du Top 5 2012-2015 (M€) 2012-2015 2015-2018 (M€) 2015-2018 2018-2021 (M€) 2018-2021 2021-2024 (M€) 2021-2024
Royaume-Uni 1 475 475.00000000 1 047 1047.00000000 1 310 1310.00000000 1 400 1400.00000000
France 2 333 333.00000000 420 420.00000000 945 945.00000000 1 125 1125.00000000
Espagne 3 420 420.00000000 405 405.00000000 900 900.00000000
Italie 4 570 570.00000000 700 700.00000000 795 795.00000000
Allemagne 5 360 360.00000000 600 600.00000000 1 000 1000.00000000

Note : • Au Royaume-Uni, les montants indiqués correspondent au total par cycle pour les deux Coupes d'Europe : Pour le cycle 2021-2024, BT Sport a communiqué un montant global de 1,2 Md£ soit 1,4 Md€ au 15/11/2019.
• En France, Canal+, beIN Sports et TF1 ont acquis les droits sur le cycle 2021-2024 pour un montant estimé de 375 M€ par saison. SFR Group a acquis les droits 2018-2021 de la Ligue des champions contre 315 M€ par an. Canal+ (50 M€) et beIN Sports (90 M€) versent conjointement 140 M€ à l’UEFA chaque saison pour les droits 2015-2018 contre 50 M€ pour Canal+ et 61 M€ pour beIN Sports soit 111 M€ chaque saison pour le cycle 2012-2015.
• En Espagne, Canal+ Espagne (100 M€/an), TVE (35 M€/an) et TV3 (5 M€/an), les diffuseurs sur la période 2012-2015 de la Ligue des champions déboursaient 140 M€ par an, selon la presse espagnole, le 24/09/2014. TV3 (5 M€/an), Atresmedia qui (30 M€/an) et beIN Sports (plus de 100 M€/an) étaient les diffuseurs du cycle 2015-2018. Sur le cycle 2018-2021, Telefonica a acquis, en sous-licence auprès de Mediapro, les droits des Coupes d'Europe pour un montant de 360 M€ par an (dont un montant estimé de 300 M€ par an pour la Ligue des champions)
• En Italie, Sky Italia a acquis les droits de diffusion des Coupes d'Europe 2018-2021 pour une somme comprise autour de 290 M€ selon les médias italiens. On prend l'hypothèse de droits de la Ligue des champions uniquement payés environ 265 M€ par an. Le montant déboursé par Mediaset pour le cycle 2015-2018, est estimé, par les médias italiens, à 700 M€, soit un peu plus de 230 M€ par saison. Pour le cycle 2012-2015, le montant déboursé par Sky Italia et la Rai est estimé à 190 M€ par saison selon les médias italiens.
• En Allemagne, les droits de sur le cycle 2021-2024, les droits acquis par DAZN, Amazon et ZDF sont en hausse de près de 70% par rapport au cycle précédent selon la presse allemande.
Les groupes Perform et Sky ont acquis les droits TV de la Ligue des champions (2018-2021) contre 200 M€ par an selon les médias allemands. ZDF débourserait entre 50 M€ et Sky Deutschland 70 M€ par an pour les droits TV de la Ligue des champions (2015-2018).

Source(s) : UEFA, BT Sport, Handelsblatt, The Guardian, Bloomberg, L'Equipe

Arnaud Simon

Fiche n° 2483, créée le 06/03/14 à 15:13 - MàJ le 18/09/19 à 11:04

Arnaud Simon



Parcours Depuis Jusqu'à
In and Out Stories
Président Fondateur Janvier 2019 Aujourd'hui
Janvier 2019 Aujourd'hui
Discovery Networks International
Senior Vice-président Europe Contenu et production Mai 2015 à Juillet 2018
Mai 2015 Juillet 2018
Eurosport
Directeur général Eurosport France et directeur des contenus TV Eurosport Group Mai 2013 à Mai 2015
Mai 2013 Mai 2015
Eurosport
Directeur général Eurosport France Mai 2010 à Mai 2015
Mai 2010 Mai 2015

Formation :

• 1992 : ESCP

- Mastère Information et Média

• 1988 - 1991 : E.M Lyon (Ecole Supérieure de Commerce de Lyon)


Fin
loader mask
1