Demandez votre accès découverte !

e-Think Sport : « Spotify est un bon et mauvais exemple pour l’industrie du sport » (G Collard, Eleven)

Paris - Actualité n°206772 - Publié le 29/01/2021 à 17:00
©  NTF/NTS
©  NTF/NTS

« Je pense que le modèle de Spotify pour l’industrie du sport est à la fois bon et mauvais, car ils perdent de l’argent depuis des années. Nous devons donc discuter de ce modèle commercial et de sa durabilité. Je pense que le simple fait de baisser le prix et ne suffira pas à faire disparaître le piratage. De toute évidence, une tarification et un modèle commercial attractifs sont essentiels, mais l’ensemble du secteur doit prendre la responsabilité de protéger notre produit, de protéger l’ensemble de notre modèle commercial » déclare Guillaume Collard, directeur général Belgique / Luxembourg du groupe de télévision payante Eleven Activités : offre de TV payante de sport (uniquement OTT dans certains marchés) Création : juillet 2015 Implantation : Belgique, Italie, Luxembourg, Pologne, Taïwan, Portugal, Myanmar… et responsable des acquisitions de droits mondiaux d’Eleven, qui s’est exprimé sur le paysage actuel des médias sportifs lors de l’e-Think Sport 2021 le 28/01/2021.

Guillaume Collard intervenait aux côtés de Martin Aurenche, vice-président du contenu sportif et responsable des acquisitions de droits et des accords de distribution internationaux au sein du groupe de télévision payante beIN Media Group Activité : groupe de télévision payante Création : 01/11/2003 (Al-Jazeera Sport avant le 01/01/2014) Président : Nasser Al-Khelaïfi Directeur général : Yousef Al-Obaidly Chaînes : beIN Sports…  ; et Lucas von Cranach, fondateur et PDG de la plateforme OneFootball Activité : application de football (scores, statistiques, actualités, vidéos) • Disponible en 12 langues avec six langues principales (EN, DE, FR, ESP, ITA, POR/BRA) disposant d’une rédaction… . e-Think Sport 2021 est la cinquième édition de l'événement annuel organisé par News Tank Football, qui s’est déroulé cette année par vidéoconférence sur quatre matinées consécutifs, du mardi 26/01 au vendredi 29/01/2021.

« Le piratage, comme nous le savons tous, a un impact important sur la valeur des droits. Je pense que nous sommes clairement maintenant dans un modèle de droits non exclusif, même si nous achetons toujours certains droits sur une base exclusive. C’est en partie parce que le piratage est l’autre virus avec lequel nous vivons, depuis longtemps, et il s’aggrave de plus en plus sans vaccin encore, malheureusement, et cela est évidemment très, très nocif pour notre industrie », souligne Martin Aurenche.

« Tout le monde parle de consolidation (pour les plateformes OTT Over-the-top de sports), mais c’est vraiment une approche marché par marché. Il sera impossible de consolider globalement. Tant que les droits premium, niveau 1 et niveau 2, augmentent encore en coût, vous continuerez à avoir une fragmentation. Une ou deux parties ou plus partageront les droits. Cela dépend du détenteur des droits, et tant que ce modèle continuera avec la hausse des prix, nous ne verrons pas de sitôt une grande consolidation », affirme Lucas von Cranach.

e-Think Sport! - ©  D.R.

La rediffusion vidéo de la session e-Think Sport « Le paysage actuel du secteur des médias sportifs » :

« Ce qui arrive en France est un désastre et aura des répercussions sur le long terme » (M. Aurenche, beIN Media Group)

M. Aurenche, groupe beIN Media - ©  NTF/NTS

  • « Il y a certainement eu un changement dans ces relations (avec les titulaires de droits). Et je suis tout à fait d’accord avec Lucas sur la capacité des marchés à payer des droits à un certain niveau.
  • Mais sur les relations, je pense que la crise sanitaire nous a probablement permis d’avoir une nouvelle conversation avec les ayants droit, car nous avons peut-être eu l’occasion de mieux leur expliquer notre business model, car auparavant, ils ne se souciaient pas vraiment de cela. Ils ne faisaient que suivre un certain benchmark des droits, considérant que les droits, cycle après cycle, doivent augmenter de 10 %, 20 % ou 50 % …
  • Donc, quand on a eu des discussions lors de la suspension des épreuves, de l’annulation des matchs. Nous avons dû mettre notre business model en tête de page, et leur expliquer :  »D’accord les gars, mais nous avons payé ceci ou cela pour certains produits, car nous savons que ce produit attirera tel ou tel nombre de personnes qui payer tel ou tel montant.
  • Cela a donc été très positif de pouvoir avoir cette conversation avec eux pour presque la toute première fois, ce qui est un peu bizarre, mais c’est ainsi que cela fonctionne. Mais c'était un bon résultat pour eux d'être vraiment sensibles à ce sujet (le modèle commercial) maintenant.
  • Parce que maintenant, nous voyons que lorsque tout s’arrête, nous ne pouvons pas continuer à payer, ou nous ne paierons pas pour quelque chose qui n’arrivera pas.
  • Nous avons donc récemment renouvelé les droits NBA pour la France, à la fin de l’année dernière. Et c'était vraiment intéressant de voir que la programmation, le nombre de matches et les reports étaient un point de discussion vraiment clé cette fois.
  • Et ce n'était pas seulement les toutes dernières clauses du contrat, dans lesquelles vous allez pousser votre avocat à accepter toutes ces choses, car elles ne se produiront pas … Pourtant maintenant (quelque chose de majeur comme Covid-19) est arrivé , et maintenant nous savons à quoi cela ressemble. Cela a donc définitivement changé le type de relation et de discussions avec les titulaires de droits.
  • C’est un vrai désastre ce qui arrive en France. Avoir un nouvel acteur (Mediapro) qui est entré de cette façon sur notre marché aura de lourdes répercussions et des répercussions sur le long terme. Pour les ayants droit et pour toute l’industrie du sport en France. Nous sommes vraiment concernés. Nous sommes raisonnables et nous voulons que notre business soit pérenne et rentable autant que possible. Il faut réduire le prix, avoir des discussions constructives avec les ayants droit, et ne pas offrir des sommes démesurées avec aucun business model viable« 

    Martin Aurenche, vice-président du contenu sportif et responsable des acquisitions de droits et des accords de distribution internationaux chez beIN Media Group

 »Il y a un plafond dans la population de ce qu’ils paieront«   »L. von Cranach, OneFootball)

L. von Cranach, OneFootball - ©  NTF/NTS

  • « Evidemment il y aura une certaine consolidation sur les droits premium, mais sur une base marché par marché, et pas globalement. Comme Guilluame Collard, je ne différencie pas linéaire, numérique, OTT , etc. Il s’agit de donner au client toutes les options possibles, car en ce moment c’est un marché d’approvisionnement.
  • Donc, l’ancien modèle est que je demande (au client) pour 50 €. Et je me fiche que vous vouliez payer ou non, je le demande simplement parce que c’est mon modèle commercial. Mais nous devons transformer cela en un marché de la demande.
  • Est-ce que je veux juste du contenu en direct ? Est-ce que je veux juste une ligue ? Et est-ce un pay per view ou un abonnement mensuel ou par saison ? Je pense que c’est notre travail de tout offrir. Et le consommateur devrait décider.
  • La partie délicate, évidemment, est le prix. Parce que si vous offrez quelque chose qui est bon pour le client mais que vous ne pouvez pas vous permettre de payer les droits, vous avez toujours un problème financier.
  • Ce que chacun doit faire sur chaque marché, et devrait faire, c’est une analyse très claire du montant que les utilisateurs sont prêts à payer pour certains aspects. Et ces analyses existent.
  • Par exemple, en Allemagne, une étude de marché indique qu’environ 5 millions de personnes sont prêtes à payer entre 10 et 20 euros par mois pour le Bundesliga . Si vous multipliez 5 millions de personnes par 10 à 20 euros pendant 10 mois - la durée de la saison - vous arrivez entre 500 M € et 1 Md €.
  • Donc, si vous vendez les droits de la ligue à 1,5 milliard d’euros, sans considérer la production ou quoi que ce soit, juste la licence, alors c’est un générateur de pertes. C’est là que se situe la lutte.
  • Les clubs demandent de plus en plus d’argent aux ligues lorsqu’ils se lancent dans les appels d’offres. Mais il y a un plafond de verre. Et au cours des 5 dernières années, nous avons atteint le plafond de ces droits sur de nombreux marchés. Mais les prix ont continué à augmenter. C’est le défi que tout le monde doit vraiment relever.  »

    Lucas von Cranach, fondateur et PDG de OneFootball

« L’avenir permet au client de choisir le propriétaire d’entreprise qu’il veut et qui correspond exactement à ses besoins » (G. Collard, Eleven)

G. Collard, onze - ©  NTF/NTS

  • « Nous devons être là où se trouve le client et lui offrir ce qu’il veut, quand il le veut et comment il le veut.
  • (En termes de plate-forme), c’est en quelque sorte complémentaire, où vous aurez des chaînes linéaires comme les plus traditionnelles à la télévision, et aussi OTT , mais ce que nous avons remarqué ces derniers mois, c’est que c’est - et peut être - très complémentaire de travailler ensemble.
  • Ce que nous devons faire, c’est essayer de communiquer de manière à cibler tout le monde avec le bon prix et le bon modèle commercial.
  • Qu’il s’agisse de mix (offres) soit en interne avec nos propres services et canaux médiatiques, soit via le pay per view, etc.
  • Nous avons une société sœur appelée Live Now (pour le pay-per-view), et nous nous associons également à OneFootball (dans ce domaine) parce que nous croyons vraiment au pay per view, qui est complémentaire aux affaires traditionnelles.
  • De plus en plus, l’avenir permet au client de choisir le propriétaire d’entreprise qu’il veut et qui correspond exactement à ses besoins.
  • Quant à l’OTT, le nombre d’acteurs pourrait encore augmenter. Mais d’un autre côté, le modèle doit être pérenne à moyen terme.
  • Il est évident que l’audience OTT augmentera, donc le gâteau sera, de facto, plus gros, et il y aura de plus en plus d’acteurs (à la poursuite de ce gâteau).
  • Mais le client veut des offres claires. Vous ne pouvez pas avoir des centaines d’offres OTT. Je pense donc à la consolidation avec des services et des offres plus complémentaires. »

    Guillaume Collard, directeur général Belgique / Luxembourg du groupe de télévision payante Eleven et responsable des acquisitions de droits mondiaux d’Eleven

Lucas Von Cranach


• Né à Arnsberg (Rhénanie du nord - Westphalie, ALL) en 1977.

Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

OneFootball
Founder & CEO
OneFootball
CEO & founder
Horstmann Group
Assistant to Owner and CEO

Fiche n° 40211, créée le 18/08/2020 à 12:30 - MàJ le 18/01/2021 à 18:36

Martin Aurenche


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

beIN Media Group
VP Sports Content, responsable des acquisitions de droits et des accords de distribution à l’international
beIN Sports
Directeur Acquisitions Droits et Contenus
Conseil externe pour Sportfive
Avocat

Fiche n° 14435, créée le 28/11/2015 à 11:18 - MàJ le 19/01/2021 à 10:00

Guillaume Collard


Formation : Louvain School of management (2002 - 2007). Ingénierie, Marketing

Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

Eleven
Chief Rights acquisition Officer
Eleven
Managing director (Belgium and Luxembourg)
Eleven
Head of business development & acquisitions
Eleven
Head of business development (Belgium)
Proximus TV
Head of Strategy & Content Enhancement
Proximus
Strategic Content Manager
Proximus
Executive Advisor to EVP Strategy & Content
Belgacom
Head of Innovation market research
Belgacom
Market research analyst

Fiche n° 34881, créée le 08/04/2019 à 15:06 - MàJ le 19/01/2021 à 14:39

e-Think Sport! - ©  D.R.

©  NTF/NTS
©  NTF/NTS