Demandez votre abonnement gratuit d'un mois !

Exclusif« Faciliter l’initiation et l’accès à la discipline pour tous les publics » (Dominique Nato, FF Boxe)

News Tank Sport - Paris - Entretien n°238964 - Publié le 13/01/2022 à 12:00
- +
©  FF Boxe
Dominique Nato, président de la Fédération Française de Boxe - ©  FF Boxe

« Nous voulons diversifier la pratique et aménager l’offre pour pouvoir nous adapter aux motivations des différents publics. Il s’agit notamment de trouver une passerelle avec les structures privées. Il nous faut aussi clarifier un format pour le monde scolaire et universitaire. L’objectif global est de faciliter l’approche de la discipline, son initiation et l’accès pour tous ces publics », déclare Dominique Nato, président de la Fédération Française de Boxe, à News Tank le 10/01/2022.

« Nous avions 60 000 licenciés à notre pic en 2017 et 50 000 en 2019, avant d’en perdre la moitié au pic de la crise. Une perte que beaucoup de fédérations de combat ont connue. Nous sommes revenus aujourd’hui à pratiquement 40 000 licenciés, sur une bonne dynamique », ajoute le dirigeant élu à la tête de la FF Boxe le 20/03/2021.

« La perte majeure induite par la crise est celle des accompagnateurs et de la motivation des acteurs de proximité. Cette période d’inactivité forcée nous a fait perdre des bénévoles mais financièrement les dégâts sont limités », indique l’ex-vice-président de l’instance (2016-2021) dont il a également été le DTN (2002-2011).

« Le MMA (dont l’organisation de la pratique a été placé sous l'égide de la FF Boxe par Roxana Maracineanu
Palmarès : • Médaille d’argent du 200 m dos aux Jeux olympiques d'été de 2000 à Sydney (Australie) • Médaille d’or du 200 m dos aux Mondiaux de 1998 à Perth (Australie)
le 21/01/2020 dans le cadre de la légalisation de la discipline en France) bénéficie d’une ligne budgétaire indépendante dans le budget fédéral. L’objectif est de permettre demain aux pratiquants d’avoir leur propre fédération autonome. Notre agrément court jusqu’en 2022. Nous verrons bien ensuite ce que décidera l’État », poursuit Dominique Nato, qui répond aux questions de News Tank.


« Le budget annuel de la Fédération Française de Boxe tourne autour de 5 M€ » (D. Nato)

Pouvez-vous nous présenter votre écosystème et l’évolution de votre nombre de licenciés ? 

Une Fédération délégataire forte d’environ 1 000 clubs »

Nous représentons une fédération délégataire forte d’environ 1 000 clubs, 13 comités régionaux métropolitains et cinq ultramarins. Les clubs de boxe sont souvent articulés autour d’une structure, parfois modulable, permettant aux municipalités de faire cohabiter plusieurs disciplines. Les structures privées travaillent de leur côté, se servent de l’image de la discipline et l’exploitent. A nous d’opérer un rapprochement avec ces gens-là et leur proposer une offre de pratique adaptée sachant que la licence est liée à la compétition. 

Les Championnats de France de boxe ont permis de redynamiser comités et clubs »

Nous avions 60 000 licenciés à notre pic en 2017 et 50 000 en 2019, avant d’en perdre la moitié au pic de la crise. Une perte que beaucoup de fédérations de combat ont connue. Nous sommes revenus aujourd’hui à pratiquement 40 000 licenciés, sur une bonne dynamique. 

L’épilogue des Championnats de France de boxe a eu lieu en décembre 2021, ce qui a permis de redynamiser les comités et les clubs. Nous allons désormais organiser des Championnats de France Juniors et des Championnats de boxe éducative, ce qui devrait permettre de poursuivre cette dynamique de progression.   

Nous formons 200 stagiaires formateurs par an »

L’idée première est de mettre à disposition des clubs des moyens, d’offrir quelque chose de cohérent à nos licenciés. Le développement de notre fédération sportive doit être harmonisée et suivre celui des encadrants : formation de dirigeants, de cadres, d’officiels etc. La progression est certes liée aux résultats sportifs, mais il faut que le cadre structurel suive. Nous formons ainsi 200 stagiaires formateurs par an, via plusieurs catégories de diplômes.  

Un ring de boxe - ©  FF Boxe

Comment la pandémie a-t-elle affecté cet écosystème ? 

La pandémie n’a pas entraîné d’accélération de la pratique de la boxe en extérieur. Cela existait déjà de manière ponctuelle au niveau évènementiel, et la pratique du sport en extérieur fait partie intégrante de la préparation des boxeurs.   

Le nombre de combats illégaux a augmenté avec la crise  »

La crise a cependant vu le nombre de combats illégaux augmenter, un phénomène sur les réseaux sociaux qui nous horrifie, car la pratique hors licence et hors cadre comporte des risques inconsidérés car qui dit non licencié dit non assuré ! La boxe est un sport de combat parfaitement réglementé, où la protection de l’athlète reste prioritaire. Il y a toujours une assistance médicale avec un médecin au pied du ring et un examen médical préalable des pratiquants est obligatoire. 

L’État a répondu présent pendant la crise »

La crise a donc entraîné une perte de licenciés, soit une perte budgétaire, mais l’État a répondu présent avec ses aides et ses dotations exceptionnelles. L’Agence nationale du Sport Structure juridique : GIP (Groupement d’Intérêt Public)Date de création : 24/04/2019Président : Michel CadotVice-présidents : Brigitte Henriques (collège du mouvement sportif), David Lazarus… a poursuivi son rôle d’accompagnement auprès des structures déconcentrées, malgré la pandémie, via des aides aux comités régionaux et aux clubs, comme pour celui du Grand Est où je suis encore licencié. A contrario, qui dit crise, dit absence de compétition et donc de dépenses d’organisation. La perte majeure induite par la crise est celle des accompagnateurs et de la motivation des acteurs de proximité. Cette période d’inactivité forcée nous a fait perdre des bénévoles mais financièrement, les dégâts sont limités.  

Quels sont les chantiers majeurs que vous menez depuis votre élection le 20/03/2021 ?  

Le dispositif des gants de couleur effectif en septembre 2022 »

Un des points essentiels est de diversifier la pratique et d’aménager l’offre pour pouvoir nous adapter aux motivations des différents publics. Il s’agit notamment de trouver une passerelle avec les structures privées, avec peut-être un système de compétition adapté à construire.

Nous avons, pour ce faire, mis en place les gants de couleurs, qui correspondent à des validations progressives de compétences , au niveau de la motricité, de la coordination avec passage en revue des fondamentaux de la pratique, un dispositif qui sera effectif en septembre 2022.

FF Boxe : les gants de couleurs - ©  FF Boxe

La boxe éducative constitue un gros réservoir de pratiquants »

Il faut également mettre en place un véritable parcours sportif pour les pratiquants. La boxe éducative constitue un gros réservoir de pratiquants. Il faut assurer une meilleure transition de cette boxe vers la boxe amateure, avec des pratiques, des règlementations et des manières de juger les combats adaptées. Enfin, il nous faut clarifier un format pour le monde scolaire et universitaire. L’objectif global est de faciliter l’approche de la discipline, son initiation et l’accès pour tous ces publics.  

Quel est votre budget et quelle est sa répartition ? Récupérez-vous une partie des droits TV de certains combats français ?  

La FF Boxe perçoit des taxes fédérales pour chaque organisation évènementielle »

Le budget annuel de la Fédération Française de Boxe tourne autour de 5 millions d’euros, avec une partie issue des licences, une partie issue des partenariats, la plus grande partie venant des aides de l’État afin de financer la haute performance et le projet olympique. On peut dire que le haut niveau est quasiment pris en charge intégralement par l’État, via l’Agence nationale du Sport.  

Concernant les diffuseurs, Canal+ Création : 1984 Secteur d’activité : télévision payante (France et Outre-Mer, Afrique francophone, Pologne, Suisse, Vietnam) ; télévision gratuite en France (C8, CNews et CStar) ; agrégateur et… est le seul groupe à diffuser de la boxe en France. La règle, lors des retransmissions, est que les droits dédiés vont aux promoteurs et non à la Fédération. La FF Boxe perçoit quant à elle des taxes fédérales pour chaque organisation évènementielle. Nous récupérons donc indirectement, via ces taxes, de quoi financer et organiser le secteur de la boxe professionnelle qui concerne environs 450 boxeurs. Dans le cadre du plan de relance post crise, les taxes fédérales ont été divisées par deux pour permettre la relance de l’activité.

Êtes-vous concernés par le plan de développement des 5 000 structures sportives de l’Agence Nationale du Sport Publié le 19/10/2021 à 13:01
« L’Union Sport & Cycle, qui avait été associée aux réflexions en amont, se félicite des annonces par Emmanuel Macron, président de la République, le 14/10/2021, du projet de construction de 5 000…
 ?   

Nous sommes concernés par ce plan de développement et par d’autres projets autour de l’insertion par le sport. Il nous faut faire les bons choix, avec des ressources humaines adaptées et qui correspondent à notre savoir-faire. Nous avons la volonté de développer des infrastructures dans les quartiers sensibles (QPV) où nous menons déjà des actions. 

La Fédération Internationale de Boxe a changé son acronyme, passant de AIBA à IBA , tout en adoptant un ensemble complet de réformes de gouvernance, le 13/12/2021, suite au rapport McLaren révélant des cas de corruption. La boxe ne fait pas partie de la liste des 28 sports déjà inclus dans le programme sportif initial des Jeux Olympiques d'été de Los Angeles 2028. Quel serait l’impact d’une sortie des Jeux Olympiques pour votre sport ? 

Si la boxe sort du programme olympique, c’est une catastrophe »

Si la boxe sort du programme olympique, c’est une catastrophe. Charge à nos élus de prendre en compte toutes les interrogations et les attentes du CIO Comité International Olympique (International Olympic Committee, IOC) . Il y a lieu de constater l’effort fourni par le Russe Umar Kremlev et l’équipe actuelle pour répondre de manière satisfaisante au CIO Comité International Olympique (International Olympic Committee, IOC) .  

M. Kremlev a repris en main l’instance et comblé le gouffre financier »

Pour le moment, nous avons une certitude, c’est que la boxe est au programme des Jeux Olympiques de Paris. Il y a ensuite des effets d’annonce pour la suite, avec cette mise en demeure de la Fédération mondiale. Celle-ci a modifié sa gouvernance, ses textes, sa règlementation, etc. pour coller aux attentes du CIO.

Je ne suis donc pas pessimiste parce que le problème de gouvernance datait de la période 2006-2016, sous la direction exécutive de la mandature en place, qui avait mis à mal la Fédération sur les plans financier et sportif. Depuis, M. Kremlev a repris en main l’instance et comblé le gouffre financier, allant chercher notamment Gazprom Activité : exploration, production, transport, stockage, raffinage, vente de gaz et pétrole Création : 1989 Cotation : Bourses de Moscou et Saint-Pétersbourg (RUS) Actionnariat (au 31/12/2020) …  comme partenaire. L’aspect financier était un des thèmes sur lesquels la Fédération internationale était attendue. Puis, pour les sujets éthiques, il a fait appel à M. McLaren et pris des mesures suite à son rapport. 

Une réunion de boxe a eu lieu sur le court Philippe-Chatrier de Roland-Garros le vendredi 10/09/2021. Que pensez-vous de ce type d’initiative ? 

Une séquence TV en direct de boxe aux heures de grande écoute »

Le promoteur de la société Ring Star, M. Jerome Abidboul, a organisé cette manifestation avec le boxeur Tony Yoka sur ce site prestigieux qui a drainé environs 8 000 spectateurs. Nous avons pu y offrir, via le Conseil Régional Île-de-France et son vice-président chargé des sports Patrick Karam, 1 000 places dédiés principalement aux clubs d’Île-de-France.

Cela a aussi permis de proposer une séquence TV en direct aux heures de grande écoute. Il s’agit d’une belle réussite médiatique, avec notamment la présence en bord de ring d’un président de la République en exercice, ce qui n’est pas rien.  

Le MMA a été placé sous l’égide de la Fédération Française de Boxe le 21/01/2020 Publié le 22/01/2020 à 14:30
Roxana Maracineanu, ministre des Sports, choisit de déléguer l’organisation de la pratique des arts martiaux mixtes (MMA) à la Fédération française de boxe pour légaliser cette discipline en France…
. Quel bilan faites-vous de cette intégration ? 

On peut considérer que la structuration du MMA est pratiquement assurée »

Il est difficile de tirer un vrai bilan à cause des perturbations liées au Covid. L’équipe précédente avait récupéré l’agrément de l’État pour développer le MMA. Nous avons repris ce projet en cours de route, sachant que cela reste culturellement compliqué. Certains clubs de boxe restent sceptiques.

Depuis, nous avons pu mettre en place les structures pour légitimer cette activité : règles, gestion de la formation des encadrants, sécurisation et organisation des compétitions, dont les premiers Championnats nationaux seniors à Évry-Courcouronnes les 08 et 09/01/2022, etc. On peut donc considérer que la structuration est pratiquement assurée.

Les premiers Championnats nationaux seniors de MMA à Évry-Courcouronnes - ©  FF Boxe
  

Le MMA bénéficie également d’une ligne budgétaire indépendante dans le budget fédéral. L’objectif est de permettre demain aux pratiquants d’avoir leur propre fédération autonome. Pour le moment, le ministère a souhaité que cela se fasse sous l’égide d’une Fédération qui disposait d’un secteur professionnel et amateur, adossé à une discipline olympique, pour le structurer donc et limiter les risques. Notre agrément court jusqu’en 2022. Nous verrons bien ensuite ce que décidera l’État. 

Dominique Nato

Parcours

La chaine L'Équipe
Consultant Boxe
CREPS Nancy
Directeur
Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (INSEP)
Cadre à la direction des politiques sportives MEX
Fédération Française de Boxe
Directeur Technique National
Canal+
Consultant Boxe

Fiche n° 45045, créée le 11/01/2022 à 11:53 - MàJ le 11/01/2022 à 12:51

Fédération Française de Boxe

Activité : Fédération française de boxe
• 18 comités régionaux (dont 13 métropolitains et 5 ultra-marins) pour environ mille associations et structure affiliées
Création : 1903
Comité directeur (2021-2024) :
Président : Dominique Nato
Vice-présidents : Pascal Cordier, Sarah Ourahmoune et Serge Pautot
• Secrétaire générale  : Marie-Lise Rovira
• Trésorier général  : Patrick Forrett
Service Communication - Développement - Sponsoring :
• Jean-Baptiste Marsaud, jean-baptiste.marsaud@ff-boxe.com
• Jérémy Whyte, communication@ff-boxe.com
Licenciés : 40 000 en 2021
Budget : environ 5 M€ en 2021


Partenaires premium :
• Région Ile-de-France
• Century 21
(immobilier)

Fournisseurs officiels :
• adidas (équipementier boxe via Double D)
• Le Coq Sportif

Club des partenaires :
• Crédit Mutuel
(banque et assurances)
• Sportcom (matériel sportif)
• Groupe MDS (mutuelle)

Partenaires institutionnels :
• CNOSF
• Agence Nationale du Sport
• Ministère des Sports
• IBA


Catégorie : Instances


Adresse du siège

Tour Essor
14 rue Scandicci
93508 Pantin Cedex France


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 4979, créée le 02/05/2017 à 09:51 - MàJ le 14/04/2022 à 09:39

©  FF Boxe
Dominique Nato, président de la Fédération Française de Boxe - ©  FF Boxe