Début

Exclusif LFP : « Je pense modestement pouvoir apporter ma pierre à l’édifice » (Karl Olive, secrétaire gén-adj.)

Paris - Publié le jeudi 22 octobre 2020 à 10 h 01 - n° 196762 « J’arrive à la Ligue avec beaucoup de modestie et d’humilité. Avec un état d’esprit très ouvert, très positif, pour échanger et faire avancer le sport le plus populaire du monde. Je pense modestement pouvoir apporter ma pierre à l’édifice. Même si la situation n’est pas simple », déclare Karl OliveKarl Olive, représentant de la Fédération Française de FootballFédération Française de Football au sein du conseil d’administration de la LFPLFPLigue de Football Professionnel, association qui gère les compétitions professionnelles françaises (Ligue 1, Domino's Ligue 2, Coupe de la Ligue), membre du Bureau et secrétaire général-adjoint de la Ligue, à News Tank, le 21/10/2020.

Une expérience supplémentaire pour celui qui, avant d'être maire de Poissy (Yvelines) depuis 2014, a joué au football, a été arbitre, président de clubs ou encore directeur des Sports de Canal+.

Sur l’affaire Mediapro, l’ancien de Canal demeure bouche cousue : « Je me retranche derrière la clause de confidentialité que le président Labrune nous a demandé de signer. »

En revanche, sur la crise sanitaire actuelle et ses conséquences, il fourmille d’idées : « Nous n’avons pas d’autres choix que de vivre avec le virus… et pendant de très longs mois encore. Je crois au darwinisme : c’est à nous à nous adapter à cette pandémie et non l’inverse », souligne Karl Olive.

« Il faut être force de proposition », dit-il. Ainsi souhaite-t-il par exemple que soient élaborés des processus pour permettre à un public plus nombreux d’aller dans les stades tout en respectant gestes barrières et précautions anti-pandémie : « Travaillons pour éviter que les spectateurs ne soient entassés avant leur entrée au stade ou après leur sortie. J’ai échangé avec le président de la République sur ce sujet précisément », indique Karl Olive qui est en contact régulier avec Emmanuel MacronEmmanuel Macron.

Karl Olive répond aux questions de News Tank.
Karl Olive, représentant de la FFF au sein du conseil d'administration de la LFP (période 2020-2024) - © LFP
Karl Olive, représentant de la FFF au sein du conseil d'administration de la LFP (période 2020-2024) - © LFP

« On stigmatise trop souvent le football français en général et le football professionnel en particulier » (K. Olive, LFPLFPLigue de Football Professionnel, association qui gère les compétitions professionnelles françaises (Ligue 1, Domino's Ligue 2, Coupe de la Ligue))

Vous avez succédé le 10/09/2020 à Michel DenisotMichel Denisot en tant que représentant de la FFFFFFFédération Française de Football au sein du conseil d’administration de la LFPLFPLigue de Football Professionnel, association qui gère les compétitions professionnelles françaises (Ligue 1, Domino's Ligue 2, Coupe de la Ligue). (Michel Denisot est devenu « membre indépendant »). Comment s’est passée cette nomination ?

Noël Le GraëtNoël Le Graët (président de la FFF) m’a appelé et m’a dit : « Est-ce que vous seriez intéressé pour devenir le représentant indépendant de la Fédération Française de Football au sein du conseil d’administration de la Ligue ?  » C’est à la fois un immense honneur et aussi un témoignage de confiance de la part du président Le Graët.

Karl Olive - © D.R. J’ai toujours baigné dans le sport en général et dans le football en particulier : mes quatre frères et sœur ont joué au football. J’ai porté les couleurs de l’AS Poissy, du Paris Saint-GermainParis Saint-Germain, de l’AS Chatou, du CHI Poissy et je joue encore aujourd’hui au Variétés Club de France. Je suis devenu arbitre officiel de la Fédération à 18 ans, Brigitte HenriquesBrigitte Henriques, ma sœur, a été internationale à 31 reprises. Elle est aujourd’hui vice-présidente déléguée de la FFFFFFFédération Française de Football. J’ai joué en équipe de France de football d’entreprise, j’ai été président du club de Chatou (Yvelines), puis du club de Poissy (Yvelines).

Professionnellement,  j’ai été directeur des Sports de Canal+ pendant sept ans aux côtés de Michel DenisotMichel Denisot. J’ai participé à plusieurs Coupes du monde (1998, 2010, 2018), finales de Ligue des champions et Championnats d’Europe en tant qu’officier de liaison pour le producteur HBS (Host Broadcast Services), prestataire de la FIFAFIFAFédération Internationale de Football Association.

Depuis 2002, j’interviens tous les ans à l’UNECATEF dans le cadre du module « Dix mois vers l’emploi / DMVE »Avant de devenir maire de Poissy en 2014, j’ai connu une expérience extraordinaire pendant cinq ans en tant que directeur de la communication à Dijon, au DFCODijon FCO, un club exemplaire qui mériterait d’être mieux connu. Enfin, depuis 2002 sans discontinuer, j’interviens tous les ans à l’UNECATEFUNECATEFUnion Nationale des Entraîneurs et Cadres Techniques professionnels du Football dans le cadre du module « Dix mois vers l’emploi / DMVE », pour la prise de parole en public, la création, l’entretien et le développement d’un réseau personnel et la confiance en soi : on s’adresse aux éducateurs au chômage. Pierre RepelliniPierre Repellini, Francis Smerecki et Anissa Hamimi m’avaient contacté à l’époque. Aujourd’hui, Raymond DomenechRaymond Domenech, président de l’UNECATEFUNECATEFUnion Nationale des Entraîneurs et Cadres Techniques professionnels du Football me fait toujours confiance. C’est l’ancien international Didier Christophe qui pilote le programme avec la rigueur qu’on lui connait.

Alors oui, le sport et le football ont toujours fait partie intégrante de ma vie et celle de ma famille. L’aborder sous ces facettes multiples a nourri et enrichi incontestablement ma carrière professionnelle. Voilà pourquoi « l’enfant de la balle » que je suis (sourire) a dit « oui ! » au président Le Graët.

Avez-vous tout de même pris le temps de la réflexion avant d’accepter cette fonction d’administrateur ?

Je veux faire entendre ma petite voix, celle du terrainAu moins 30 secondes ! Comme quand Michel Denisot m’a nommé directeur des Sports en 2000. Ou quand Alexandre Bompard m’a proposé de devenir directeur de l’ensemble des chaînes sport du groupe en 2007. « Vous réfléchissez à cette proposition. » J’ai répondu : « Président, c’est tout réfléchi, je suis d’accord. ». Mais le président Le Graët le sait, et le président LabruneVincent Labrune aussi : à la LFP, je ne serai pas Bernardo (serviteur muet) dans Zorro, je veux faire entendre ma petite voix, celle du terrain.

Je pense modestement pouvoir apporter ma pierre à l’édifice. Même si la situation n’est pas simple.

Je suis de la génération Platini, j’ai une certaine idée du footballJe suis de la génération Platini. J’ai été élevé au biberon de cette merveilleuse équipe de France des années 80. Noël Le Graët, je l’ai connu président de GuingampEA Guingamp, puis président de la Ligue… J’ai une certaine idée du football, j’étais très ami avec Michel Hidalgo (décédé le 26/03/2020), j’ai écrit trois livres avec lui, et j’ai toujours placé l’humain au cœur des organisations. C’est ce que je fais en tant que maire de Poissy depuis que j’ai l’immense honneur d’être élu dans la ville qui m’a vu grandir (élu avec 62 % des suffrages en 2014, puis 75 % en 2020 au premier tour). 

Quel est votre état d’esprit en ce début de mandat d’administrateur de la LFPLFPLigue de Football Professionnel, association qui gère les compétitions professionnelles françaises (Ligue 1, Domino's Ligue 2, Coupe de la Ligue) et avec de surcroit une fonction de secrétaire général-adjoint ?

Une connaissance du football professionnel et amateur J’arrive à la Ligue avec beaucoup de modestie et d’humilité. Personne ne m’attendait là. Avec un état d’esprit très ouvert, très positif, pour échanger et faire avancer le sport le plus populaire du monde. En restant à ma place. Ma connaissance du football professionnel et amateur pour avoir travaillé avec les clubs, les dirigeants, les éducateurs, les arbitres, enrichie par mes fonctions d’élu, aussi bien dans ma ville que dans ma communauté urbaine (la plus grande de France) et mon département des Yvelines, ne devraient pas être un obstacle pour les dirigeants en place…

Que faire pour que l’économie du football professionnel ne vacille pas ?Avec le Covid et cette situation sanitaire qui doit être placée au-dessus de tout, nous n’avons pas d’autres choix que de vivre avec le virus… et pendant de très longs mois encore. Je crois au darwinisme : c’est à nous à nous adapter à cette pandémie et non l’inverse. Alors que faire pour que l’économie du football professionnel ne vacille pas ? Que faire pour que les entreprises-partenaires ne prennent pas la poudre d’escampette ? Que faire pour que les supporters et abonnés aient de la visibilité dans les programmations ?

« Nous n’avons pas d’autres choix que de vivre avec le virus », dit Karl Olive. De nombreux matches se jouent à huis clos comme LOSC Lille - RC Lens (4-0, 7e journée de Ligue 1 Uber Eats 2020-21) au Stade Pierre Mauroy le 18/10/2020 - © LOSC Lille

Au savoir-faire, il faut adosser un plus grand faire-savoirSi on leur demande aujourd’hui sur quels supports et à quels horaires sont retransmis les matches du week-end, l’immense majorité ne le sait pas… A côté du très grand savoir-faire des présidents de clubs qui sont au conseil d’administration de la Ligue professionnelle, on a besoin d’y adosser un faire-savoir plus important que celui qui existe aujourd’hui. Et nos supporters (toujours aussi nombreux, même si leur nombre est limité dans les stades) comme les téléspectateurs sont des acteurs majeurs de cet écosystème. S’en affranchir serait une erreur stratégique.

Qu’est-ce que cela implique ?

Aller à la rencontre des supportersIl faut peut-être vulgariser le message en allant à leur rencontre. Ce n’est pas seulement l’affaire des diffuseurs. Dans nos collectivités, on appelle cela la conquête « hors les murs ». Le cadre peut être donné par la LFPLFPLigue de Football Professionnel, association qui gère les compétitions professionnelles françaises (Ligue 1, Domino's Ligue 2, Coupe de la Ligue) et ensuite adapté en fonction des territoires. Les problématiques ne sont pas les mêmes que vous soyez strasbourgeois, rennais, lillois ou montpelliérains…

Le plus malheureux du monde de voir ces matches sans publicEnsuite, il faut bien constater qu’avec le virus, notre vie a changé. Je suis le plus malheureux du monde de voir ces matches sans public, sans ambiance, sans âme. Ce sentiment est partagé par les joueurs eux-mêmes. Quant à la bande son « play-back » qui entoure les rencontres, ce n’est vraiment pas ma cam’. Mais c’est ainsi et il faudra faire avec. Qu’on se le dise.

Alors, quelles pistes, à partir de ces constats ?

Il faut être inventif pour rester attractifIl faut être inventif pour rester attractif. A titre d’exemple, le Final 8 de Ligue des champions au mois d’août a été extraordinaire, et particulièrement suivi parce que novateur dans sa forme. C’est ça, le darwinisme. Il y a peut-être à creuser dans cet esprit pour nos Championnats. Une phase finale ? Un calendrier calqué sur l’année civile ?… 

Plus de clarté, plus de conquête, plus d’audace, c’est le moment. On sait que le sport reste un formidable catalyseur de cohésion sociale, de vie en société.

Il faut être force de proposition. En étant conscient que si l’État décide de fermer les stades car l’état sanitaire du pays l’exige, il n’y aura pas d’alternatives possibles.

L’État attend des propositions, il n’en a pas euesAvant d’en arriver là, regardons ce que nous pouvons faire pour notre football. Accompagnons les flux par exemple, l’organisation des entrées et des sorties des spectateurs. L’État attend des propositions, il n’en a pas eues. Travaillons-les pour éviter que les spectateurs ne soient entassés avant leur entrée au stade ou après leur sortie. Aucune raison que les préfets ne l’interdisent. J’ai échangé avec le président de la République sur ce sujet précisément.

Il y a une commission Covid mise en place à la LFP avec des directeurs généraux de clubs, des médecins et professeurs brillants comme le professeur Éric Rolland… Il ne s’agit pas de tout attendre de l’État. Soyons force de proposition.

Quoi d’autre ?

Grâce au Variétés, je côtoie des personnalités exceptionnellesGrâce au Variétés Club de France de Jacques Vendroux, je côtoie des personnalités exceptionnelles comme Didier DeschampsDidier Deschamps, Alain Giresse, Laurent Blanc, Claude Puel, et encore Arsène WengerArsène Wenger. C’est la France qui gagne ! On échange beaucoup et notre constat est à l’image de la citation de l’écrivain Sylvain Tesson : « La France est un paradis peuplé de gens qui se croient en enfer. » On stigmatise trop souvent le football français en général et le football professionnel en particulier.

Karl Olive sous le maillot du Variétés Club de France - © Le Courrier des Yvelines / F. Dacheux

La France est championne du monde en titre !Mais rendez-vous compte : la France est championne du monde en titre ! On a eu un club (Paris Saint-GermainParis Saint-Germain) en finale 2020 de la Ligue des champions, un autre (Olympique LyonnaisOlympique Lyonnais) qui vient de remporter pour la cinquième fois de suite la Ligue des champions féminine, on a organisé la dernière Coupe du monde féminineCoupe du monde féminine 2019Organisée en France, du 07/06 au 07/07/2019, dans neuf villes : Grenoble, Le Havre, Lyon, Montpellier, Nice, Paris (Parc des Princes), Reims, Rennes et Valenciennes. (2019) avec un engouement et un succès incroyables… Il faut travailler sur ces fondations.

Personne n’a le monopole des bonnes idéesEnsuite, que dit Michel PlatiniMichel Platini depuis toujours ? : le football aux footballeurs, la priorité au jeu. Il faut peut-être s’inspirer de ça et faire en sorte que les joueurs, les éducateurs, les arbitres, « les familles » soient un peu plus dans la boucle que ces dernières années. Idem avec les associations de supporters. Personne n’a le monopole des bonnes idées, d’où qu’elles viennent. Et surtout pas en ce moment.

Car la situation est compliquée : les supporters, qui doivent rester à distance les uns des autres dans les gradins, avec masque obligatoire, comprennent-ils pourquoi les joueurs, sur le terrain, peuvent se tacler, être en contact, sans masque ?

Si le football peut jouer un rôle de catalyseur de paix sociale...Quand il y a, en plus, une cacophonie politique, une cacophonie des « sachants » et que les Français sont submergés d’informations contradictoires, il ne faut pas s’étonner que la société aille mal. Tout cela mérite un peu de pondération et de calme. Si le football peut montrer l’exemple et jouer un rôle de catalyseur de paix sociale, j’en serai le premier ravi.

Le football professionnel est souvent montré du doigt, mais il faut dire qu’au niveau de la gouvernance, la cacophonie nait déjà de la complexité des structures qui sont multiples : FFFFFFFédération Française de Football, LFPLFPLigue de Football Professionnel, association qui gère les compétitions professionnelles françaises (Ligue 1, Domino's Ligue 2, Coupe de la Ligue), Première LiguePremière LigueSyndicat de présidents de clubs professionnels de football français, créé le 01/09/2015, UCPFUCPFUnion des Clubs Professionnels de Football, Collège de Ligue 1, Collège de Ligue 2, UNFPUNFPUnion Nationale des Footballeurs Professionnels, UNECATEFUNECATEFUnion Nationale des Entraîneurs et Cadres Techniques professionnels du Football, SAFESAFESyndicat des Arbitres du Football d'Elite, etc.

Ce serait une faute grave que FFF et LFP ne travaillent pas main dans la mainComme sur un terrain ballon au pied, le plus compliqué, c’est de faire simple. Il faut simplifier la gouvernance, les organigrammes. La réunification Première LiguePremière LigueSyndicat de présidents de clubs professionnels de football français, créé le 01/09/2015 - UCPFUCPFUnion des Clubs Professionnels de Football (prévue d’ici le 31/12/2020) va dans le sens de l’histoire. Ce serait une faute grave que la FédérationFFFFédération Française de Football et la LigueLFPLigue de Football Professionnel, association qui gère les compétitions professionnelles françaises (Ligue 1, Domino's Ligue 2, Coupe de la Ligue) ne travaillent pas ensemble, main dans la main. C’est arrivé parfois qu’elles soient l’une à côté de l’autre, voire l’une contre l’autre. Ça, ça ne peut pas durer ! On a tellement d’atouts pour être un des pays références que ce serait dommage de tout gâcher pour des histoires de sensibilité, d’egos. Seul, on va plus vite, mais ensemble, on va plus loin !

Difficile, dans ce panorama, de ne pas évoquer le dossier Mediapro et les difficultés de paiement de groupe qui a créé la chaîne Téléfoot pour diffuser Ligue 1 et Ligue 2 ?

J'ai signé une clause de confidentialitéSur ce sujet, je me retranche derrière la clause de confidentialité que le président LabruneVincent Labrune nous a demandé de signer au sein du conseil d’administration de la LFP. C’est une bonne initiative. Encore faut-il qu’elle soit respectée… Les seules informations qui doivent sortir du tuyau sont celles communiquées par le président.

Au siège de la chaîne Téléfoot, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) - © DC

L’État est très attentif, je le sais...Tout ce que je peux dire, c’est qu’un contrat, ça s’honore. Il y a des engagements réciproques et ce sujet ne peut pas être traité uniquement au niveau de la Ligue de Football Professionnel. C’est un sujet géopolitique. L’État est très attentif, je le sais, car il y a des millions de personnes qui, directement ou indirectement, peuvent être impactées. Je ne peux pas en dire plus. 

Et que pensez-vous de la composition du conseil d’administration de la LFP (voir ci-dessous) ?

Le message de Nathalie Boy de la Tour, un au-revoir à méditerEn premier lieu, je veux dire que j’ai beaucoup de respect pour le travail fait par Nathalie Boy de la TourNathalie Boy de la Tour (présidente de la LFPLFPLigue de Football Professionnel, association qui gère les compétitions professionnelles françaises (Ligue 1, Domino's Ligue 2, Coupe de la Ligue) du 11/11/2016 au 10/09/2020) : c’est une femme exceptionnelle qui n’a pas vécu une présidence facile. D’ailleurs, qu’a-t-elle dit solennellement dans sa dernière allocution aux administrateurs sortants ? «  Le jour où vous comprendrez que le fonctionnement de cette Ligue ne peut se limiter à de petits arrangements entre amis comme c’est le cas depuis quatre ans, alors vous ferez avancer beaucoup de choses. » Un au-revoir à méditer.

Arnaud Rouger, un expert qu’on ne peut pas prendre en défautEnsuite quelques mots sur celles  et ceux qui sont au cœur du moteur. Des personnes de très grande qualité : Arnaud RougerArnaud Rouger (directeur général exécutif), Mathieu FicotMathieu Ficot (directeur général-adjoint), Anne Bondu (responsable Relations Publiques, Événements et Protocole), Jérôme Belaygue (directeur communication et RSERSEResponsabilité sociale des entreprises) et tant d’autres que je côtoie depuis une vingtaine d’années. Arnaud était déjà là quand je venais à la Ligue choisir les matches en tant que directeur de la programmation pour Canal+ : c’est un expert qu’on ne peut pas prendre en défaut.

Quant à la composition du conseil d’administration, elle est façonnée à la manière des conseils de surveillance que je peux fréquenter. Chacun est à sa place. La clé, -la seule pour réussir-, c’est l’esprit d’équipe.

On a tous les atouts en main pour faire du football professionnel un vaisseau amiral du football français, voire européen !

Est-ce que vous vous attendiez à occuper cette fonction à la Ligue ?

Acteur de ma vie plutôt que spectateur de celle des autresNon, mais rien n’a jamais été écrit chez moi : je n’imaginais pas être directeur d’Yvelines Première (télévision locale de Saint-Germain-en-Laye, dans les Yvelines) à l’âge de 25 ans, je n’imaginais pas être directeur des Sports de Canal+ quand Michel Denisot m’a confié les clés de la rédaction en 2002, ni maire de Poissy. Je crois au travail, qui seul entraîne la légitimité et la légitimité entraine la réussite. J’ai toujours été acteur de ma vie, jamais spectateur de celle des autres.

Vous êtes en relation avec le président de la République, Emmanuel MacronEmmanuel Macron. Comment avez-vous fait connaissance ?

Emmanuel Macron rencontré lors d'un concert d'Elton JohnLe plus simplement du monde : nous nous sommes retrouvés dans une loge lors d’un concert d’Elton John. Il n’était ni président, ni candidat, il était un jeune ministre de l’Économie et même si je suis un peu plus âgé que lui (Emmanuel Macron est né en 1977, Karl Olive en 1969), nous sommes presque de la même génération et nous avons donc des codes semblables. Le contact est tout de suite passé.

Emmanuel Macron et Karl Olive dans une école de Poissy le 05/05/2020 - © Ville de Poissy

Le président connaît les rouages, à la LFP comme ailleursUn jour, il m’a demandé s’il pouvait venir voir des travaux de rénovation urbaine, il est venu à Poissy et on a ensuite gardé le contact. Il connaît mon positionnement : le bon sens et la France qui gagne, bien au-delà de postures idéologiques. Il est revenu récemment visiter l’école que nous avions ouverte à Poissy pour les enfants du personnel soignant pendant le confinement. Le président est passionné de sport. De tous les sports. Et en connaît les rouages bien plus que l’on pourrait l’imaginer… A la LFPLFPLigue de Football Professionnel, association qui gère les compétitions professionnelles françaises (Ligue 1, Domino's Ligue 2, Coupe de la Ligue) comme ailleurs !

Deuxième partie de l’entretien : Karl Olive, maire de Poissy (à venir sur News Tank)

Deuxième partie de l’entretien : Karl Olive, maire de Poissy (à venir sur News Tank)

• « Avec le Paris SGParis Saint-Germain, c’est une longue histoire d’amour. Je suis un passionné de football et mon club, c’est le PSG.

• Le futur centre d’entraînement et de formation (ouverture à Poissy fin 2022), ce sont 74 hectares, 1 000 emplois pendant la durée des travaux, 250 M€ de projets privés et nous sommes dans le cercle vertueux de l’économie locale.

• C’est un projet de vie pour le Paris Saint-Germain, mais c’est un projet de ville de Poissy et pour le territoire.

• Poissy est la première ville de France à donner à ses agents deux heures de sport par semaine dans le cadre du temps de travail. »

Karl Olive, maire de Poissy, à News Tank, le 21/10/2020

Karl Olive

Fiche n° 18429, créée le 12/07/16 à 15:12 - MàJ le 21/10/20 à 16:44

Karl Olive

Date de naissance : 29/03/1969

Parcours Depuis Jusqu'à
Ligue de Football Professionnel
Secrétaire-général-adjoint / représentant de la FFF au conseil d'administration Septembre 2020 Aujourd'hui
Septembre 2020 Aujourd'hui
Communauté Urbaine Grand Paris Seine et Oise
Vice-président délégué à la politique sportive et au développement numérique Janvier 2016 Aujourd'hui
Janvier 2016 Aujourd'hui
Conseil Général des Yvelines
Vice-président délégué au haut-débit et à la communication Mars 2015 Aujourd'hui
Mars 2015 Aujourd'hui
Ville de Poissy
Maire de Poissy Mars 2014 Aujourd'hui
Mars 2014 Aujourd'hui
Le Rugby Club
Directeur Août 2007 Aujourd'hui
Août 2007 Aujourd'hui
KO Production
Fondateur et gérant 2000 Aujourd'hui
2000 Aujourd'hui
Communauté d'Agglomération Poissy, Achères, Conflans-Sainte-Honorine
Président Avril 2014 à Décembre 2015
Avril 2014 Décembre 2015
Conseil Général des Yvelines
Conseiller général Mars 2011 à Mars 2015
Mars 2011 Mars 2015
École Supérieure de Journalisme de Paris
Intervenant 2011 à 2014
2011 2014
Dijon FCO
Directeur de la Communication Juillet 2008 à Août 2013
Juillet 2008 Août 2013
Host Broadcast Services
Rédacteur en chef, HBS FRANCE PRODUCTION 2000 à 2011
2000 2011
Canal+
Directeur des sports, i>Télé 2005 à 2007
2005 2007
Canal+
Directeur des Programmes sport 2002 à 2005
2002 2005
Canal+
Responsable du planning du Service des Sports 2001 à 2002
2001 2002
Yvelines Première
Directeur d'antenne 1995 à 2000
1995 2000
Comité français d'organisation de la Coupe du monde 1998
Directeur Info Coupe du Monde (France) 1998 à 1998
1998 1998
Êtablissement & diplôme Année(s)
Université Vincennes-Saint-Denis (Paris VIII)
Maîtrise en Sciences Politiques (Mémoire sur la lutte contre les exclusions à travers le travail social) 1989 - 1991
1989 1991
Université Vincennes-Saint-Denis (Paris VIII)
DEUG Culture et Communication 1988 - 1989
1988 1989

Publications

Les carnets secrets de Michel Hidalgo
Hugo et Cie, 2012

Mes bien chers frères (avec Roberto Cristofoli)
Le Rocher, 2012

PSG-OM, on remet ça !
Hugo et Cie, 2011

Thierry Henry, la main maudite (avec la collaboration d’Hervé Gallet)
Le Rocher, 2010

Y’a du boulot pour les jeunes
Le Rocher, 2010

Gerets par Gerets (avec Thierry Agnello)
Hugo et Cie, 2009

1984-2004, on remet ça (avec Michel Hidalgo, préface Michel Platini)
Albin Michel, 2004


Ligue de Football Professionnel

Fiche n° 1118, créée le 06/02/14 à 18:33 - MàJ le 08/10/20 à 16:46

Ligue de Football Professionnel

Président : Vincent Labrune (élu le 10/09/2020 pour la période 2020-2024)
Directeur général exécutif : Arnaud Rouger (nommé le 17/09/2020)
Directeur général adjoint : Mathieu Ficot (nommé le 17/09/2020)

Composition du conseil d’administration (2020-2024) à l’issue de l’Assemblée générale élective du 10/09/2020
Collège de Ligue 1 (huit membres) :
• Nasser al-Khelaïfi (Paris Saint-Germain)
• Jean-Pierre Caillot (Stade de Reims)
• Jacques-Henri Eyraud (Olympique de Marseille)
• Loïc Féry (FC Lorient)
• Waldemar Kita (FC Nantes)
• Laurent Nicollin (Montpellier Hérault SC)
• Oleg Petrov (AS Monaco)
• Jean-Pierre Rivère (OGC Nice)

Collège de Ligue 2 (deux membres) :
• Francis Graille (AJ Auxerre)
• Pierre-Olivier Murat (Rodez Aveyron Football)
Collège des Indépendants (cinq membres) :
• Michel Denisot
• Alain Guerrini
• Vincent Labrune
• Gervais Martel
• François Morinière
Président de Première Ligue :
• Bernard Caïazzo
Président de l’UCPF :
• Claude Michy
Représentant de la FFF :
• Karl Olive
Représentants des joueurs (deux membres) :
• Philippe Piat
• Sylvain Kastendeuch
Représentants des éducateurs (deux membres) :
• Pierre Repellini
• Raymond Domenech
Représentant des personnels administratifs :
• Patrick Razurel
Représentant des arbitres :
• Olivier Lamarre
Représentant des médecins de clubs professionnels :
• Éric Rolland
Membres de droit (avec voix consultative)  :
Noël Le Graët (président de la FFF)
• Didier Deschamps (Directeur des sélections nationales)
• Hubert Fournier (Directeur Technique National)
• Les directeurs des syndicats de clubs (Philippe Diallo pour l’UCPF ; Bruno Belgodère et Marie-Hélène Patry pour Première Ligue)
• Arnaud Rouger (nommé directeur général exécutif de la LFP le 17/09/2020, a succédé à Didier Quillot, qui était en poste depuis le 15/03/2016)

Composition du Bureau de la Ligue de Football Professionnel
• Président :

Vincent Labrune
Vice-présidents :
Nasser Al-Khelaïfi
Bernard Caïazzo
Jacques-Henri Eyraud
Loïc Féry
Waldemar Kita
Philippe Piat
Pierre Repellini
Trésorier :
Alain Guerrini
Trésorier-adjoint :
Olivier Lamarre
Secrétaire général :
Francis Graille
Secrétaire général-adjoint :
Karl Olive
Membres :
Jean-Pierre Caillot
Claude Michy
Laurent Nicollin
Jean-Pierre Rivère
Président de la FFF :
Noël Le Graët
Directeur général exécutif de la LFP :
Arnaud Rouger



Ligue de Football Professionnel
6, rue Léo-Delibes
75116 Paris - FRANCE
Téléphone : 01 53 65 38 00
vCard meCard .vcf VCARD

Fin
loader mask
1