Début

D1 Arkema : « Investir et être patient » (B. Henriques / FFF, JM Aulas / OL, T. Cheleman / Canal+)

Paris - Publié le jeudi 26 septembre 2019 à 18 h 00 - n° 163101 « Nous avons un diffuseur (Canal+Canal+, cycle 2018-2023), un partenaire titre (Arkema, 2019-2022), il faut maintenant que les clubs aient envie d’investir dans le football féminin comme l’ont fait Noël Le GraëtNoël Le Graët et Jean-Michel AulasJean-Michel Aulas avant eux. C’est la prochaine étape de son développement », déclare Brigitte HenriquesBrigitte Henriques, vice-présidente déléguée de la FFF, en marge de la première édition du Trophée des championnes remportée par l’Olympique LyonnaisOlympique Lyonnais face au Paris Saint-GermainParis Saint-Germain (1-1, 4-3 aux t.a.b) le 21/09/2019.

« Aujourd’hui le football féminin n’a plus besoin du football masculin pour faire croître les droits TV. On l’a vu pendant la Coupe du monde féminine avec TF1TF1 qui a augmenté à plusieurs reprises le prix de ses spots publicitaires. Maintenant il faut qu’au niveau de la Fédération et de la Ligue on accompagne les clubs les moins forts dans leur volonté de se structurer », indique Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais.

« Les enquêtes réalisées auprès de nos abonnés nous ont montré qu’il y avait énormément de bienveillance de leur part concernant la D1 ArkemaD1 ArkemaPremière division française de football féminin (D1 Féminine), Arkema étant sponsor titre pour le cycle 2019-2022. Ils aimeraient avoir plus d’affiches, de rencontres au sommet, mais ils savent que cela prend du temps et sont prêts à être patients », affirme Thierry ChelemanThierry Cheleman, directeur des sports du groupe Canal+.
Thierry Cheleman, Jean-Michel Aulas, Brigitte Henriques et Noël Le Graët (de g. à dr.)
Thierry Cheleman, Jean-Michel Aulas, Brigitte Henriques et Noël Le Graët (de g. à dr.)

D1 ArkemaD1 ArkemaPremière division française de football féminin (D1 Féminine), Arkema étant sponsor titre pour le cycle 2019-2022 : « 10 matches programmés sur Canal+ cette saison contre deux la précédente » (Thierry Cheleman, Canal+)

Thierry Cheleman - © Canal+

  • « L’engouement autour de la Coupe du monde féminine n’a pas été une surprise mais une progression logique. Le Comité d’Organisation Local a fait un travail extraordinaire, l'équipe de France a été performante, et il y a eu une communication et une promotion très forte, donc tout était au rendez-vous pour que ce soit un succès. Maintenant il faut capitaliser sur cette réussite.
  • Il faut du temps pour remplir les stades et pour que les équipes soient plus homogènes afin qu’on ait plus de matches de très haut niveau. C’est le travail de tous, la Fédération, les clubs, les sponsors et le diffuseur, et aujourd’hui tous les indicateurs sont au vert. Certes, il y a encore des matches où il n’y a que 300 ou 500 spectateurs mais cela fait partie du prix à payer pour aller plus loin. On est sur la bonne voie mais il faut être patient.
  • Cette saison nous diffuserons 10 matches de D1 Arkema sur Canal+ contre deux lors de la saison dernière. Au-delà de la diffusion en direct, il y a tout l’engagement des rédactions du groupe puisqu’on parle de la D1 Arkema sur Canal+ dans le Canal Football Club, le Canal Sports Club, le Late Football Club mais aussi sur CNews (TNT) et Infosport+.
  • Une journée classique, sans affiche, de D1 Arkema rassemble entre 50 000 et 100 000 téléspectateurs cumulés (deux matches sur Canal+ Sport et quatre sur Foot+). L’affiche entre le Paris Saint-Germain et l’Olympique Lyonnais près de 500 000 abonnés en moyenne la saison dernière. »

    Thierry Cheleman, directeur des sports du groupe Canal+, le 21/09/2019

« La croissance du football féminin est exponentielle et internationale » (Jean-Michel Aulas, Olympique Lyonnais)

Jean-Michel Aulas - © ECA

  • « L'évolution du football féminin est à la fois exceptionnelle, de part sa croissance exponentielle, mais aussi conforme à ce qu’on avait espéré et imaginé. De plus, il s’agit d’une évolution au niveau international. Les Etats-Unis et les pays nordiques étaient en avance mais l’Angleterre et l’Espagne investissent aujourd’hui dans le football féminin avec des moyens importants. En Italie, Andrea AgnelliAndrea Agnelli (président de la Juventus) est subjugué par son équipe féminine.
  • En tant que dirigeants nous devons accompagner cette spirale positive en mettant en place les infrastructures nécessaires au développement du football féminin. Il ne faut qu’il y ait de clubs déçus mais nous devons veiller à ce que tous investissent.
  • C’est ce que font par exemple les Girondins de BordeauxFC Girondins de Bordeaux et ça va dans le bon sens. Il faudrait qu’il y ait six clubs de haut niveau dans le championnat. A l’Olympique Lyonnais, nos joueuses bénéficient des mêmes conditions d’entraînement que les hommes et c’est ce vers quoi il faut tendre.
  • A la commission du développement du football féminin à la FIFAFIFAFédération Internationale de Football Association on aimerait mettre en place un système permettant de rétribuer les clubs formateurs. Ce serait à l’image du mécanisme de solidarité qui existe dans le football masculin (5 % de l’indemnité de transfert d’un joueur est versée aux clubs ayant participé à sa formation entre 12 et 23 ans) mais sur la base des salaires des joueuses et non des indemnités de transfert.
  • On cherche à être le premier club européen à avoir une franchise en National Women’s Soccer League (championnat américain) soit par la création ou le rachat d’une franchise existante. On travaille sur ces deux hypothèses avec l’aide de Tony ParkerTony Parker, ambassadeur du groupe à l’international. »

    Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais, le 21/09/2019

Affluences : des records en France, en Angleterre, en Espagne et en Italie en 2019

Affluences : des records en France, en Angleterre, en Espagne et en Italie en 2019

Olympique Lyonnais - Paris Saint-Germain (5-0, 20e journée de D1 Féminine), a rassemblé 25 907 spectateurs au Groupama Stadium (57 271 places), le samedi 13/04/2019 (coup d’envoi à 20 h 45 HEC), soit le record d’affluence pour un match de D1 Féminine en France. Précédent record : 12 263 spectateurs lors de la rencontre EA Guingamp - Olympique Lyonnais, le 08/10/2011 au Stade de Roudourou, 19 039 places, victoire 5-0 de l’OL.

• Manchester City - Manchester United (1-0), première journée de la Barclays FA WSL 2019-20, a rassemblé 31 213 spectateurs à l’Etihad Stadium (55 017 places), le samedi 07/09/2019 (coup d’envoi à 16 heures HEC), ce qui constitue un record d’affluence pour un match féminin du championnat d’Angleterre. Le précédent record d’affluence de la Barclays FA WSL datait du match Brighton & Hove Albion - Arsenal (0-4), avec 5 265 spectateurs recensés à l’Amex Stadium (30 666 places), le 28/04/2019, soit près de six fois moins.

Chelsea - Tottenham Hotspur (1-0), comptant également pour la première journée de la saison 2019-20 du championnat féminin d’Angleterre, a également enregistré une affluence importante. 24 564 spectateurs se sont en effet rendus à Stamford Bridge (40 853 places), dont l’accès était gratuit, le dimanche 08/09/2019.

Club Atlético de Madrid - FC Barcelona (0-2, 24e journée de la Liga Femenina Iberdrola, D1 féminine espagnole), rassemble 60 739 spectateurs au Wanda Metropolitano (68 000 places), le dimanche 17/03/2019 (coup d’envoi à 13 heures HEC), ce qui constitue un record d’affluence pour un match de football féminin de clubs dans le monde, indique le club madrilène, le 17/03/2019. L’Atlético de Madrid avait offert la possibilité à l’ensemble de ses 127 471 socios d’accéder gratuitement à la rencontre. Le prix des places pour le grand public était de 5 € et 26 912 personnes ont acheté leur billet pour le match, soit 44 % de l’affluence totale.

Juventus FC - ACF Fiorentina (1-0, 19e journée de la Calcio Femminile Italia, D1 féminine italienne), rassemble 39 027 spectateurs à l’Allianz Stadium (41 570 places), le dimanche 24/03/2019 (coup d’envoi à 15 heures HEC), ce qui constitue un record d’affluence pour un match de football féminin de clubs en Italie. Le Juventus FC (Serie A TIM) offrait un accès gratuit au stade pour cette rencontre qui était la première disputée par l'équipe féminine de la Juve à l’Allianz Stadium.

Affluences moyennes des principaux clubs européens en championnat en 2018-19 (source FFF) :

• Olympique Lyonnais : 3216 spectateurs  
• Paris Saint-Germain : 1 560 spectateurs
• Chelsea FC : 1 864 spectateurs
• VfL Wolfsbourg  : 1 689 spectateurs
• Manchester City FC : 1 409 spectateurs

« 200 000 licenciées avant décembre 2020 » (Brigitte Henriques, FFF)

Brigitte Henriques - © Julien Guichard

  • « On devrait enregistrer une hausse de plus de 20 % des licenciées pour cette saison post Coupe du monde féminine. Le cap des 200 000 devrait être franchi avant la fin du mandat en décembre 2020. Ce serait une belle réussite puisqu’il y en avait 53 000 en 2011.
  • M6M6 était certes un peu déçu de l’audience du premier match des Bleues après la Coupe du monde (1,2 million de téléspectateurs pour le match amical France - Espagne, le samedi 31/08/2019 à 21 heures, PdAPdAPart d'audience : 6,9 %) mais devrait quand même programmer le prochain (France - Islande, match amical, au Stade des Costières, à Nîmes, le vendredi 04/10/2019 à 21 heures) sur M6 et non sur W9 (TNTTNTTélévision Numérique Terrestre). 
  • Ce qui est intéressant c’est que la part d’audience sur les 8-14 ans est restée très forte comme c'était le cas pendant la Coupe du monde, et on le retrouve dans la hausse des licenciées dans ces catégories d'âge.
  • Il n’y a pas débat au sujet de la gouvernance du football féminin car ce n’est pas un problème. Ce qui importe c’est de savoir comment la FFF et la LFPLFPLigue de Football Professionnel, association qui gère les compétitions professionnelles françaises (Ligue 1, Domino's Ligue 2, Coupe de la Ligue) s’associent pour trouver des ressources économiques pour aider nos clubs. Nathalie Boy de la TourNathalie Boy de la Tour et Noël Le GraëtNoël Le Graët sont sur la même longueur d’onde.
  • On n’a pas d’objectif sur la professionnalisation des joueuses puisque cette étape sera franchie quand les clubs auront la possibilité d’investir davantage d’argent. Les 80 000 euros versés à chaque club de D1 Arkema suite au contrat de naming (un million d’euros par an pendant trois saisons) sont une incitation à investir.
  • Il y a 10 ans les matches de l'équipe de France féminine se jouaient devant moins de 1000 spectateurs. Et grâce aux investissements entrepris par Noël le Graët, cela a fini par payer. On n’attend plus que les clubs fassent la même chose maintenant.
  • Il y a encore des clubs 100 % féminins (ASJ Soyaux et FC Fleury 91) mais c’est aussi le cas en Allemagne qui a un championnat plus homogène que le nôtre. C’est sûr qu’en termes d’infrastructures ces clubs vont être confrontés à une certaine limite à un moment donné, mais les rapprochements avec les clubs masculins ne sont plus aussi mal perçus qu’auparavant. On a pu le constater avec ceux entre Juvisy et le Paris FCParis Football Club ou Saint-Brieuc et l'EA GuingampEA Guingamp. »

    Brigitte Henriques, vice-présidente déléguée de la FFF, le 21/09/2019

Thierry Cheleman

Fiche n° 12993, créée le 07/09/15 à 18:40 - MàJ le 27/09/19 à 09:47

Thierry Cheleman



Parcours Depuis Jusqu'à
Canal+
Directeur des Sports Septembre 2015 Aujourd'hui
Septembre 2015 Aujourd'hui
Canal+
Directeur des Sports, du Pôle Théâtre et Spectacle vivant D8 D17 Août 2007 à Septembre 2015
Août 2007 Septembre 2015
Havas Sports & Entertainment
Directeur média et communication 1990 à 2007
1990 2007

Formation :

• IDRAC (école de commerce et de management, France)


Jean-Michel Aulas

Fiche n° 1729, créée le 11/02/14 à 15:35 - MàJ le 18/09/19 à 21:54

Jean-Michel Aulas

Date de naissance : 22/03/1949

Parcours Depuis Jusqu'à
Ligue de Football Professionnel
Président du collège des clubs de Ligue 1 Septembre 2019 Aujourd'hui
Septembre 2019 Aujourd'hui
FIFA
Membre de la Professional Women’s Task Force 2019 Aujourd'hui
2019 Aujourd'hui
Cegid
Président fondateur non exécutif Avril 2018 Aujourd'hui
Avril 2018 Aujourd'hui
Fédération Française de Football (FFF)
Membre du comité exécutif Mars 2017 Aujourd'hui
Mars 2017 Aujourd'hui
Première Ligue
Vice-président Septembre 2015 Aujourd'hui
Septembre 2015 Aujourd'hui
European Club Association (ECA)
Président de la commission du football féminin 2013 Aujourd'hui
2013 Aujourd'hui
European Club Association (ECA)
Membre du comité exécutif Janvier 2008 Aujourd'hui
Janvier 2008 Aujourd'hui
Olympique Lyonnais
Président Juin 1987 Aujourd'hui
Juin 1987 Aujourd'hui
Cegid
Fondateur et président 1983 à Avril 2018
1983 Avril 2018
Ligue de Football Professionnel
vice-président 1991 à Avril 2017
1991 Avril 2017
FIFA
Membre de la commission stratégique 2012 à 2016
2012 2016
Union des Clubs Professionnels de Football (UCPF)
Vice-président, chargé de l’économie et des relations institutionnelles, politiques et internationales Septembre 1992 à Juillet 2015
Septembre 1992 Juillet 2015
G14 (lobby de clubs européens créé en 2000 et remplacé par l'ECA en 2008)
Président Mai 2007 à Janvier 2008
Mai 2007 Janvier 2008

• Officier de la Légion d’honneur (2017)

• Officier de l’Ordre National du Mérite (2012)


Brigitte Henriques

Fiche n° 2108, créée le 20/02/14 à 15:08 - MàJ le 05/07/19 à 08:59

Brigitte Henriques

Date de naissance : 04/03/1971

Parcours Depuis Jusqu'à
Comite national olympique et sportif français (CNOSF)
Vice-présidente déléguée en charge de la diversité des pratiques Mai 2017 Aujourd'hui
Mai 2017 Aujourd'hui
Fédération Française de Football (FFF)
Vice-présidente déléguée Mars 2017 Aujourd'hui
Mars 2017 Aujourd'hui
Fédération Française de Football (FFF)
Secrétaire générale Juin 2011 à Mars 2017
Juin 2011 Mars 2017
Paris Saint-Germain
Manager général de la section féminine 2009 à 2010
2009 2010

• Ancienne internationale française (31 sélections, 2 buts), JSF Poissy, Juvisy (triple championne de France), Soyaux.

• Diplômée du Centre de droit et d’économie du sport de Limoges
• Agrégée d’Education Physique et Sportive
• Titulaire de la licence A d’entraîneur de football depuis 2004


Fin
loader mask
1