Demandez votre abonnement gratuit d'un mois !

« Data ES » : « 332 000 équipements sportifs recensés sur notre base de données » (Rémi Dhalluin, MSJOP)

News Tank Sport - Paris - Entretien n°328196 - Publié le 18/06/2024 à 14:00
- +
©  D.R.
Rémi Dhalluin, coordinateur national équipements au ministère des Sports et des JOP - ©  D.R.

« Data ES (ES = “Équipements Sportifs” ) est une base de données qui date de près de 20 ans Agence nationale du Sport, créée le 24/04/2019.
Groupement d’intérêt public qui a deux missions principales :
• La haute performance.
• Le développement des pratiques
. Elle consiste en un recensement national des équipements et des lieux de pratique sportifs de l’ensemble des territoires français. C’est un peu la base d’intérêt général de l’ensemble des acteurs du sport. Cela représente près de 332 000 équipements dans près de 156 000 installations, pour environ 60 000 propriétaires », déclare Rémi Dhalluin, coordinateur national équipements au ministère des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques Amélie Oudéa-Castéra, ministre des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques depuis le 20/05/2022. A succédé à Roxana Maracineanu, en fonction depuis le 04/09/2018. A brièvement occupé le poste… , à News Tank le 12/06/2024.

« L’objectif est de relancer ce processus, qui était mis en sommeil depuis le Covid-19. Nous sommes accompagnés d’une vingtaine d’enquêteurs grâce à un investissement d’un million d’euros de masse salariale du ministère des Sports pour recenser et rattraper le retard dans cette base de données. Sur un an, nous essayons de retrouver l’exhaustivité des équipements en France. Quoi qu’il arrive, cette base, sur une obligation légale du Code du Sport, doit être complétée par chaque propriétaire d’équipement sportif, aussi bien public que privé. »

« La base va permettre de faire de la prospective de construction, et de savoir où créer des équipements sportifs. Cela concerne par exemple toutes les municipalités, qui vont être confrontées à des élections en 2026. “Si j’ai 10 000 habitants ou plus dans ma commune, me faut-il deux terrains de grand jeu en plus ? Trois gymnases ?” Cette comparaison est possible, en choisissant un territoire avec une même typologie de population. Chaque acteur doit pouvoir venir se servir dans cette base et trouver une réponse à sa problématique », ajoute Rémi Dhalluin, qui répond aux questions de News Tank.


« Nous avons vocation à fournir des données pour faciliter et fluidifier la prise de décision » (R. Dhalluin)

Vous avez été missionné en 2023 par le ministère des Sports pour relancer la base de données “Data ES”. En quoi consiste ce projet ?

Data ES (cliquer ici pour y accéder ) est une base qui date de près de 20 ans. Elle consiste en un recensement national des équipements et des lieux de pratique sportifs de l’ensemble des territoires français, y compris en DROM-COM. C’est un peu la base d’intérêt général de l’ensemble des acteurs du sport.

Cela représente près de 332 000 équipements dans près de 156 000 installations, pour environ 60 000 propriétaires. Une installation étant le complexe sportif, l’équipement étant le terrain ou la piste.

Parmi les acteurs privés recensés, Basic Fit, mais aussi Decathlon avec ses terrains de sport, ou encore l’UCPA »

Nous avons été recrutés avec Julien Petit au Pôle Ressources National Sport Innovations, structure d’appui de la direction des Sports implantée au CREPS Centre de ressources, d’expertise et de performance sportives des Pays de la Loire, pour relancer ce processus, qui était mis en sommeil depuis le Covid-19.

Nous sommes accompagnés d’une vingtaine d’enquêteurs sur l’ensemble des territoires grâce à un investissement d’un million d’euros de masse salariale du ministère des Sports pour recenser et rattraper le retard dans cette base de données.

Sur un an, nous essayons de retrouver l’exhaustivité des équipements en France. Quoi qu’il arrive, cette base, sur une obligation légale du code du sport, doit être complétée par chaque propriétaire d’équipement sportif, aussi bien public que privé.

332 115 équipements sportifs catalogués sur Data ES début juin 2024 - ©  Ministère des Sports

Concernant les acteurs privés, on peut par exemple citer les salles de sport type Basic Fit, mais aussi Decathlon Activité : conception et de distribution d’articles de sport Création : 1976 Président du conseil d’administration : Fabien Derville Directeur général : Barbara Martin CoppolaActionnariat … avec ses terrains de sport, ou encore l’UCPA Union nationale des centres sportifs de plein air. Association qui promeut les sports de plein air et organise des séjours sportifs. .

Comment se font les ajouts sur la base ?

Pour les modifications ou les nouveaux équipements, les propriétaires nous alertent et nous les contactons pour faire la déclaration ensemble. Une fois déclaré, un équipement ou une installation est mis en ligne dans la base en 24 heures.

Basculer sur une simplification, avec un système de déclaration directe des propriétaires »

À moyen terme, l’un des objectifs du ministère est de basculer sur une simplification, avec un système de déclaration directe des propriétaires. Ils pourraient alors remplir l’ensemble des 80 critères qui sont demandés pour chaque équipement sportif.

Il faut savoir que la base est en open data, gratuite, et mise à jour quotidiennement. C’est la mission d’intérêt général du ministère que de faire cette base.

À qui est dédiée cette base ?

Elle est accessible à tout le monde, chaque citoyen peut aller sur le site et la consulter. Elle a néanmoins vocation à être consultée et utilisée surtout par les propriétaires et intermédiaires. Elle est l’outil idéal des Conférences des Financeurs.

La base peut par exemple permettre de se comparer entre deux territoires, puisqu’elle propose des “portraits de territoire”.

Comparer l’implantation des salles d’un acteur privé contre un concurrent »

Elle pourrait aussi permettre de comparer l’implantation des salles d’un acteur privé contre un concurrent.

In fine, la base va permettre de faire de la prospective de construction, et de savoir où créer des équipements sportifs. Cela concerne par exemple toutes les municipalités, qui vont être confrontées à des élections en 2026.

“Si j’ai 10 000 habitants ou plus dans ma commune, me faut-il deux terrains de grand jeu en plus ? Trois gymnases ?” Cette comparaison est possible, en choisissant un territoire avec une même typologie de population.

Chaque acteur doit pouvoir venir se servir dans cette base et trouver une réponse à sa problématique autour des équipements - lieux de pratique.

Enfin, beaucoup de territoires sont ravis de pouvoir disposer de leur patrimoine et le présenter en trois clics.

Une formation à l’utilisation de l’outil est-elle proposée ?

Nous sommes sur un cercle vertueux de la donnée, c’est-à-dire qu’on accompagne les gens à utiliser la base, pour mieux leur donner envie de déclarer leur équipement.

Nous avons créé des tableaux de bord pour offrir une meilleure accessibilité de la donnée »

Nous avons notamment créé des tableaux de bord, pour offrir une meilleure accessibilité de la donnée aux utilisateurs.

Y a-t-il un objectif de souligner l’aspect “héritage” de Paris 2024 Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.  ?

L’héritage vient du plan « 5 000 équipements génération 2024 ». Naturellement, ces 5 000 équipements se retrouveront dans « Data ES ».

La relance de cette base de données intervient surtout dans le cadre d’une dynamique de relance du sujet sportif et des équipements en France, certes mis en valeur par les JOP Jeux Olympiques et Paralympiques .

La base de données comprend-elle des informations quant à l’accessibilité pour les personnes handicapées ?

Chaque propriétaire doit remplir l’ensemble des critères, y compris ceux liés à l’accessibilité de leur équipement - handicap moteur ou sensoriel.

Néanmoins, certains critères ne sont parfois pas applicables et donc pas renseignés.

Notre méthodologie est de faire confiance et de se baser sur ce que déclarent les propriétaires.

Portrait de territoire de la ville de Vanves (Hauts-de-Seine) - ©  Ministère des Sports

Portrait de territoire de la ville de Vanves (Hauts-de-Seine) - ©  Ministère des Sports

Un propriétaire d’équipement doit-il mettre à jour ses informations de manière régulière ?

Tous les gros travaux sur une installation nécessitent une mise à jour de fiche, tout comme une fermeture.

En 2023, par exemple, seulement environ 100 fiches ont été supprimées sur toute la France.

Comment se fait l’accès à la base de données pour un propriétaire ?

En général, c’est toujours le directeur des Sports d’une commune. Selon la taille de la commune ou du territoire, il y a un chargé des équipements sportifs.

Pour les organismes privés, ils ont en général une cellule nationale qui centralise leur base de données.

La personne va voir ce qui est renseigné pour son territoire et va nous alerter si besoin afin que nous modifiions une fiche.

Qu’en est-il de l’interopérabilité de ces données ?

La base est utilisée régulièrement par l’INSEE, l’IGN et le ministère de l’Intérieur »

Cette base est utilisée régulièrement par l’INSEE Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques , l’IGN et le ministère de l’Intérieur. Elle sert, par exemple, lors de catastrophes naturelles, pour l’identification d’un gymnase municipal afin d’accueillir temporairement des personnes.

Il y a également des problématiques sur les consommations d’énergie des gymnases. Nous allons travailler avec le ministère de la Transition écologique de base à base pour affiner la qualité de l’information disponible.

La base de données, qui est mise à jour quotidiennement, est-elle exhaustive ?

A 2 ou 3 % près, ce chiffre de 332 000 équipements est bon. Il n’y en a pas 340 000 ou 320 000.

• 39 052 courts de tennis
• 36 839 terrains de football
• 29 686 boucles de randonnée
• 24 911 multisports / City-stades
• 21 184 terrains de pétanque
• 18 507 salles multisports (gymnase)
• 15 839 salles polyvalentes / des fêtes / non spécialisées
• 8 372 terrains de basket-ball
• 7 863 salles de musculation / cardiotraining

Cet outil a-t-il vocation à aider la prise de décision de Pouvoirs publics ?

Nous nous inscrivons dans la relance de la Filière Sport et dans la continuité des travaux de l’Observatoire du sport, dont nous sommes le volet équipement.

Avoir des données est un atout supplémentaire pour justifier une prise de décision »

Nous avons vocation à fournir des données pour faciliter et fluidifier la prise de décision, sachant qu’à moyen terme, peut-être que l’argent public, notamment via l’ANS Agence nationale du Sport, créée le 24/04/2019.
Groupement d’intérêt public qui a deux missions principales :
• La haute performance.
• Le développement des pratiques
et les Conférences des Financeurs, pourra mieux prioriser certains investissements jugés davantage légitimes grâce à l’analyse data faite avec « Data ES », en objectivant les notions d’équipement structurant ou de territoire carencé…

Avoir des données est un atout supplémentaire pour justifier une prise de décision quant à un équipement sportif.

Data ES offrira-t-il, à terme, une information sur le financement des infrastructures ?

Une fois les travaux d’exhaustivité avancés, et même s’il y aura toujours de nouveaux équipements à rentrer dans la base, l’aspect financiarisation sera abordé.

L’idée serait de pouvoir regarder ce qui a été construit en 2023 ou en 2024, quels types d’équipements cela représente, combien cela a coûté.

L’intelligence artificielle permettrait aussi d’analyser l’implantation des équipements selon le taux d’utilisation, les conditions climatiques, et d’anticiper une feuille de route quant à l’entretien et la longévité des équipements.

Le champ des possibles, avec de la data, est inimaginable pour cette base »

Nous voulons tendre vers l’aspect économique des équipements. Mais comme le veut la célèbre phrase, “Il n’y a pas d’IA Intelligence artificielle sans data”. Et aujourd’hui, nous ne pouvons pas anticiper une feuille de route d’investissements sur les cinq prochaines années si nous n’avons pas la data nécessaire.

Le champ des possibles, avec de la data, est inimaginable pour cette base. C’est un secteur certes moins scruté que les classements du lundi matin, mais il faudra toujours des équipements, et toujours des investissements. Bien connaître ce qu’on a permettra de bien savoir ce qu’on doit faire demain pour l’adapter à la pratique et à l’usage.

Ministère des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques (MSJOP)

Amélie Oudéa-Castéra, ministre des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques depuis le 20/05/2022. A succédé à Roxana Maracineanu, en fonction depuis le 04/09/2018. A brièvement occupé le poste de ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse, des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques (nomination du 11/01/2024) avant que les portefeuilles de l'Éducation nationale et de la Jeunesse ne lui soient retirés (décision du 08/02/2024).

Cabinet :

Depuis qu’Amélie Oudéa-Castéra est redevenue ministre des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques le 08/02/2024

• Directeur du cabinet : Thomas Cailleau (depuis le 09/02/2024)

• Directeur adjoint du cabinet, en charge de l'éthique et de l’intégrité sportives : Simon Bernard (depuis le 09/02/2024)

• Directeur adjoint du cabinet, en charge du suivi de l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques : Thibaut Aoustin (depuis le 29/04/2024, précédemment conseiller en charge du suivi de l’organisation des JOP)

• Cheffe de cabinet : Siane de Camas (depuis le 09/02/2024), chargée de la mobilisation territoriale et populaire en vue des Jeux Olympiques et Paralympiques à compter du 04/03/2024

• Cheffe adjointe de cabinet, chargée des relations avec le monde économique : Lucie Renault-Dietsche (depuis le 09/02/2024)

• Conseiller en charge du sport professionnel, de l’e-sport et des transitions numérique et écologique : Maxime Quinart (depuis le 06/05/2024)

• Conseiller communication et presse : Julien Bosdonnat (depuis le 09/02/2024)

• Conseiller discours, études et prospective : Bertrand Nicolle (depuis le 09/02/2024)

• Conseillère diplomatique : Paule Ignatio (depuis le 09/02/2024)

• Conseiller en charge de l’action territoriale, du sport-santé et de l’engagement, des célébrations et de l’héritage des JOP : Jean-Charles Gillet (depuis le 09/02/2024)

• Conseillère en charge de l’inclusion, du bénévolat et de la reconversion des sportifs de haut niveau : Gladys Bézier (depuis le 09/02/2024)

• Conseiller en charge de la haute performance, de la préparation olympique et paralympique et du sport de haut niveau : Frank Bignet (depuis le 09/02/2024)

• Conseillère en charge des sport-études, du développement du sport scolaire, universitaire et du sport féminin : Bérénice Hartmann (depuis le 09/02/2024)

• Conseiller budgétaire : Thomas Deloeil (depuis le 04/03/2024)

• Conseillère politique et parlementaire : Marie-Ange Badin (depuis le 09/02/2024)

Avant la nomination d’Amélie Oudéa-Castéra comme ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse, des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques le 11/01/2024

• Directeur de cabinet : Antoine Gobelet (depuis le 07/06/2022)

• Directeur adjoint du cabinet, en charge du suivi de l’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques, des Ressources et Financements du sport : Romain Pagès (depuis le 07/06/2022)

• Directeur adjoint du cabinet, en charge de l’Héritage des Jeux Olympiques et Paralympiques, de l’Engagement sociétal et du Lien sport-éducation : Thomas Cailleau (depuis le 20/06/2022)

• Cheffe de cabinet : Siane de Camas (depuis le 21/05/2022)

• Cheffe adjointe de cabinet : Lucie Renault-Dietsche (depuis le 31/05/2022)

• Conseiller Éthique et Intégrité sportives : David Foltz (depuis le 07/06/2022)

• Conseiller Stratégie, Gouvernance et Discours : Bertrand Nicolle (depuis le 07/06/2022)

• Conseillère inclusion, bénévolat, reconversion des sportifs de haut niveau : Gladys Bézier (depuis le 07/06/2022)

• Conseiller haute performance, préparation olympique et paralympique, sport de haut niveau : Frank Bignet (depuis le 14/06/2022)

• Conseiller sport professionnel, économie du sport, e-sport, transition digitale et écologique : Mathieu Charpentier (depuis le 15/06/2022)

• Conseiller Développement des pratiques chargé du Sport santé, des Territoires et des Équipements de proximité : Jean-Charles Gillet (JO du du 26/06/2022)

Conseiller politique et parlementaire : Marie-Ange Badin (depuis le 19/05/2023, JO du 01/06/2023)

• Conseiller en charge du suivi des Jeux Olympiques et Paralympiques, du sport féminin, du sport études et universitaire et du sport en milieu professionnel : Thibaut Aoustin (depuis le 21/09/2022, JO du 06/10/2022)

Conseiller communication et presse : Julien Bosdonnat (depuis le 24/11/2022, JO du 29/11/2022)


Catégorie : Etat & Collectivités


Adresse du siège

95 Avenue de France
75013 Paris France


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 1129, créée le 06/02/2014 à 18:33 - MàJ le 25/06/2024 à 20:43

©  D.R.
Rémi Dhalluin, coordinateur national équipements au ministère des Sports et des JOP - ©  D.R.