Demandez votre abonnement découverte !

ExclusifCyclisme : « Notre protocole sanitaire a servi de modèle à d’autres instances » (D. Lappartient, UCI)

News Tank Sport - Paris - Entretien n°236202 - Publié le 10/12/2021 à 10:00
- +
©  Twitter
David Lappartient (FRA), président de l’UCI - ©  Twitter

« Quand la pandémie de Covid-19 est arrivée, il a fallu rebâtir un calendrier, mettre en place un protocole sanitaire et, notamment, relocaliser les Championnats du monde sur route. Notre protocole sanitaire a servi de modèle à d’autres instances », déclare David Lappartient Président @ Grand Prix de Plumelec-Morbihan • Vice-président @ Wold Cyclin Center • Maire @ Ville de Sarzeau • Président @ Union Cycliste Internationale (UCI)
1998 : ESTP
(FRA), président de l’UCI Union cycliste internationale à News Tank le 07/12/2021.

« Il fallait aussi pouvoir assurer la pérennité de l’institution d’un point de vue financier. Nous avons pu compter sur des dispositifs d’indemnisation du chômage partiel en Suisse et avons conclu l’exercice avec une perte d’un million de francs suisses en 2020 (922 000 euros), tout en maintenant des fonds propres à hauteur de 40 millions de francs suisses (38 M€). Nous aurions dû consommer 50 % de nos fonds propres si les compétitions n’avaient pas repris », poursuit le dirigeant qui rappelle ses priorités « en matière de développement du cyclisme sur tous les continents :
• Poursuivre le développement du cyclisme féminin.
• Continuer à s’engager en faveur de causes sociétales.
• Continuer à intervenir pour assurer la sécurité des épreuves.
• Poursuivre les innovations.
• Sécuriser la visibilité des villes hôtes et assurer les revenus de l’UCI. »

« Comme beaucoup de sports, le renouvellement de nos audiences est un enjeu. Le cyclisme a profité de la période du Covid-19, lors de laquelle le cyclisme a été l’un des deux seuls sports à reprendre avec le football. La proportion de femmes qui regardent nos compétitions augmente, et le retour du Tour de France féminin après le lancement d’épreuves comme Paris-Roubaix Femmes ne peut que favoriser cette tendance », ajoute le président, réélu jusqu’en 2025, le 24/09/2021.

Développement de la pratique, audience, impacts de la pandémie de Covid-19, nouveaux formats de compétition, lutte antidopage, sécurité routière, affaire Peng Shuai, nouvelles mobilités ou représentativité de la France à la tête des instances internationales, David Lappartient répond à News Tank.


« Comme beaucoup de sports, le renouvellement de nos audiences est un enjeu. Les jeunes regardent moins la TV et optent pour des formats plus courts sur d’autres supports » (D. Lappartient, UCI)

La Guinée Équatoriale, le Sud Soudan, le Vatican et les Îles Salomon viennent de rejoindre lUCI Union cycliste internationale . Qu’est-ce que cela dit de votre ambition ?   

Cela montre, de manière tangible, notre caractère mondial »

Cela montre, de manière tangible, notre caractère mondial. Le CIO Comité International Olympique (International Olympic Committee, IOC) compte 206 Comités Nationaux affiliés et nous désormais 201 Fédérations Nationales membres. Un coureur du Sud Soudan a par exemple participé aux derniers Championnats du monde sur piste juniors. L’ajout du Vatican est peut-être plus symbolique, mais il corrobore notre universalité : le vélo parle à tout le monde, en tant que sport et outil de développement durable. Il n’y a pas un endroit dans le monde où on ne peut pas pratiquer le cyclisme sous une forme ou une autre. 

Les Championnats du monde de cyclisme sur route vont être disputés au Rwanda en 2025 Publié le 23/09/2021 à 17:31
Kigali, capitale du Rwanda, accueillera les Championnats du monde de cyclisme sur route en 2025, indique l’Union cycliste internationale (UCI) le 23/09/2021. Il s’agit d’une première pour le…
. Qu’est-ce que cela représente pour votre sport ? 

Développer la pratique du cyclisme sur tous les continents est l’un de nos objectifs. Il ne suffit pas que ces Championnats du monde se déroulent en Afrique, ces Championnats doivent être ceux de l’Afrique : il faut que des athlètes africains soient au départ de chaque course.  

Le mur de Kigali, juge de paix du Tour du Rwanda - ©  D.R.

Vous avez été réélu par applaudissement pour un nouveau mandat à la tête de l’UCI Union cycliste internationale jusqu’en 2025, le 24/09/2021. Regrettez-vous l’absence d’adversité lors de ce scrutin ? Quelles sont vos priorités pour ce nouveau mandat ? 

Il est toujours bon de débattre, comme je l’ai fait face au président sortant Brian Cookson lors de mon premier scrutin. Il n’y avait pas d’autre candidat cette fois-ci. J’ose espérer que cela est le signe de la satisfaction des différentes parties prenantes du cyclisme quant à la réalisation de mes promesses. 

Le signe de la satisfaction des différentes parties prenantes du cyclisme »

Nous avons un certain nombre de priorités en matière de développement du cyclisme sur tous les continents : 

  • Poursuivre le développement du cyclisme féminin. Beaucoup de choses ont été faites comme la création de l’UCI Women’s WorldTour ou l’instauration d’un minimum salarial aligné en 2023. Nous avons par ailleurs été la première Fédération à mettre en place un congé maternité dans les équipes, et les quotas d’athlètes seront les mêmes pour les femmes et les hommes aux Jeux Olympiques de Paris en 2024. Il faut continuer à développer la médiatisation du cyclisme féminin. J’ai poussé pour que le Tour de France Femmes voit le jour. Amaury Sport Organisation Activité : organisation d'événements sportifs Création : 1992 Actionnaire principal : Groupe Amaury (propriétaire du groupe L'Équipe) Directeur : Jean-Etienne Amaury Effectif (2017) … avait une responsabilité presque morale d’investir dans ce sens, car la parité est une nécessité.
J’ai poussé pour que le Tour de France Femmes voit le jour »
  • Continuer à nous engager en faveur de causes sociétales. Nous avons acté, en juin 2021, un plan global pour le développement durable, avec la volonté d’atteindre la neutralité carbone en 2030.  
  • Continuer à intervenir pour assurer la sécurité des épreuves, notamment parce que les aménagements routiers, s’ils sécurisent les routes pour leurs usagers, peuvent au contraire poser des problèmes dans le cadre des compétitions cyclistes.  
  • Poursuivre les innovations, à l’image du développement du cyclisme esport, du changement de format des Championnats du monde UCI avec un événement rassemblant nos différentes disciplines tous les quatre ans, etc. 
  • Sécuriser la visibilité des villes hôtes et assurer les revenus de l’UCI en attribuant nos Championnats du monde au moins cinq ans avant leur tenue. A mon arrivée, les organisateurs avaient parfois une seule année pour se préparer. 

• « Après audition des équipes qui n’avaient pas pu être directement enregistrées par l’UCI, la Commission des licences a décidé de refuser l’enregistrement de Team Qhubeka NextHash (TQA - RSA) au sein de l’UCI WorldTour Plus haut niveau du circuit de cyclisme professionnel, organisé par l’UCI (Union Cycliste Internationale), depuis 2005. 19 équipes engagées pour 38 courses au calendrier 2020. .

• En vertu de leur classement aux deux premières places des UCI ProTeams (2e division) figurant dans le Classement mondial UCI 2021 par équipes, Alpecin-Fenix (BEL) et Team Arkea-Samsic (FRA) sont invitées sur l’ensemble des épreuves UCI WorldTour pour la saison 2022.

• En sa qualité de troisième UCI ProTeam la mieux classée dans le Classement mondial 2021 par équipes, TotalEnergies (FRA) est invitée sur les épreuves UCI WorldTour d’un jour pour la saison 2022.

• L’UCI a attribué six nouvelles licences UCI Women’s WorldTour. Cela porte le nombre d’équipes détentrices de licences UCI Women’s WorldTour à 14, ce qui implique qu’une nouvelle licence pourra éventuellement être attribuée au cours de la procédure d’enregistrement pour la saison 2023.

• Au total, 14 UCI Women’s WorldTeams, 18 UCI WorldTeams et 17 UCI ProTeams sont enregistrées pour la saison 2022. »

UCI, le 09/12/2021

Comment votre instance est-elle impactée par la pandémie que nous traversons ?  

Tout le monde a dû faire preuve de flexibilité et de solidarité »

Quand la pandémie de Covid-19 est arrivée, il a fallu rebâtir un calendrier, mettre en place un protocole sanitaire et, notamment, relocaliser les Championnats du monde sur route. Nous avons eu des réunions tous les 15 jours avec les équipes, les coureurs et les organisateurs pour définir un nouveau calendrier, qui a finalement tenu sur trois mois, d’août à octobre 2020. Tout le monde a dû faire preuve de flexibilité et de solidarité.   

Que 0,17 % de coureurs positifs sur l’ensemble de nos courses »

Notre protocole sanitaire a servi de modèle à d’autres instances. Nous n’avons eu que 0,17 % de coureurs positifs sur l’ensemble de nos courses. Relocaliser les Championnats du monde sur route 2020 a aussi été un véritable défi à la suite de l’annonce de l’annulation de l’événement prévu à Aigle/Martigny (Suisse). Nous n’avons eu que trois semaines pour trouver un autre site, puis trois autres pour tout mettre en place à Imola, en Emilie-Romagne (Italie). C’est un tour de force qui nécessite un président à la manœuvre.  

Il faut aussi pouvoir assurer la pérennité de l’institution d’un point de vue financier. Nous avons pu compter sur des dispositifs d’indemnisation du chômage partiel en Suisse et avons conclu l’exercice avec une perte de un million de francs suisses en 2020, tout en maintenant des fonds propres à hauteur de 40 millions de francs suisses (38 M€). Nous aurions dû consommer 50 % de nos fonds propres si les compétitions n’avaient pas repris.

Quel bilan faites-vous des premières manches de la nouvelle Ligue des Champions Piste UCI (UCI Track Champions League) Publié le 18/05/2021 à 18:31
L’Union Cycliste Internationale (UCI) annonce le lancement de l’UCI Track Champions League, une nouvelle compétition de cyclisme sur piste comportant pour sa première édition six courses (voir…
 ? Quel est l’objectif de l’UCI à travers le lancement de cette nouvelle compétition ? Quel est votre rapport avec Discovery Secteurs d’activité : groupe audiovisuel international, spécialisé dans les chaînes thématiques payantes Création : 1985 Actionnariat : Discovery Holding Company PDG : David…  ? 
 

Trouver un format plus adapté à la TV et créer quelque chose de plus attractif »

Nous sommes partis du constat que la piste est une discipline télégénique au potentiel considérable. La pleine réalisation de ce dernier est cependant contrariée par des formats de compétition qui, s’ils rencontrent un grand succès lors des Jeux Olympiques, ne permettent pas à la discipline de rencontrer un succès similaire le reste du temps. De plus, le cyclisme sur piste, trop souvent, ne permet pas à ses athlètes de vivre de leur sport. Il fallait dès lors trouver un format plus adapté à la TV et créer quelque chose de plus attractif. Or, nous n’avions pas forcément tout le savoir-faire pour y parvenir. Discovery dispose de cette puissance de feu et de la capacité d’investissement pour mettre en musique ce concept UCI. Nous leur avons donc concédé les droits pour huit ans. Pour nous, cela est très bénéfique, car cela ouvre la piste à d’autres publics. Les chiffres des deux premières manches sont prometteurs à et égard.  

UCI Track Champions League - ©  UCI
 

Qu’aviez-vous pensé du concept des Hammer Series (nouveau format de courses cyclistes promu par Velon, une association d’équipes cyclistes, avant la pandémie et interrompu depuis) ? Regardez-vous avec attention ce qui se passe dans d’autres sports en termes de nouveaux formats de compétitions ? 

Pas favorable à ce que des équipes organisent des épreuves »

Les Fédérations internationales doivent être connectées avec le monde d’aujourd’hui et donc innover pour répondre aux attentes du public, en matière de format par exemple. L’objectif consiste à élargir son public. Concernant les Hammer Series, outre le fait que je ne suis pas favorable à ce que des équipes organisent des épreuves de leur côté, ce qui revient à aller vers un modèle de ligue fermée, leur format n’était pas très lisible et les coureurs ne le prenaient pas au sérieux.  

La technologie doit être utilisée pour rendre la compétition plus accessible »

La technologie doit être utilisée, mais plutôt dans le but de rendre la compétition plus accessible, d’en améliorer sa compréhension. On pourrait ainsi imaginer que les téléspectateurs puissent entendre ce qui se passe dans le peloton. Au contraire, je pense que l’oreillette contribue à l’insécurité et qu’il faudrait s’en passer, comme on interdit le téléphone au volant. C’est une chose de mettre la technologie au service du téléspectateur, c’en est une autre de la mettre au service de la subordination du coureur à son directeur sportif.  

Que disent les bilans d’audience de vos compétitions ? Y-a-t-il, comme au tennis, un problème de vieillissement de l’audience ?  

Les audiences des Mondiaux sont en progression constante depuis trois ans »

Comme beaucoup de sports, le renouvellement de nos audiences est un enjeu. Les jeunes regardent moins la TV et optent pour des formats plus courts sur d’autres supports. Pourtant, si je regarde les audiences du Tour de France, celles-ci n’ont jamais été aussi bonnes. Celle des Mondiaux sont en progression constante depuis trois ans. Cet élargissement a profité de la période du Covid-19, lors de laquelle le cyclisme a été l’un des deux seuls sports à reprendre avec le football. La proportion de femmes qui regardent nos compétitions augmente également, et le retour du Tour de France féminin après le lancement d’épreuves comme Paris-Roubaix Femmes ne peut que favoriser cette tendance. Enfin, nous bénéficions d’une période faste avec des stars reconnues tant chez les hommes que chez les femmes, qui courent à l’instinct et font le spectacle, à l’image du champion du monde Julian Alaphilippe (FRA). 

Julian Alaphilippe, champion du monde sur route 2020 et 2021 - ©  France TV

Où en êtes-vous en matière de lutte antidopage, notamment au niveau des cétones (composés organiques sécrétés naturellement par le corps qui permettraient à un athlète de réguler son poids tout en maintenant ses capacités physiques) ?  

Nous sommes à la pointe de la lutte antidopage »

Nous sommes l’un des leaders de la lutte antidopage. Nous investissons 8 millions de francs suisses par an (7,66 M€), via l’Agence de Contrôles Internationale (ITA), et presque 10 si l’on compte les frais internes. Nous sommes à la pointe de la lutte, car cela est un sujet prioritaire chez nous. Nous avons fait interdire le tramadol, et les corticoïdes le seront à partir de janvier 2022. Ensuite, il y a des choses que nous ne pouvons pas faire pour des raisons légales et réglementaires, comme interdire le retour d’un coureur ayant purgé sa suspension, ce que le Mouvement pour un cyclisme crédible (MPCC), association lancée par des équipes, a le pouvoir de faire, lui qui appelait d’ailleurs à l’interdiction du tramadol.   

Aucune étude scientifiques ne démontre que les cétones améliorent des performances »

Nous allons aussi loin que nous le pouvons, mais aujourd’hui, concernant les cétones, aucune étude scientifique ne démontre leur effet positif en termes d’amélioration des performances. Lors du dernier Comité directeur de l’UCI, nous avons convenu de lancer une étude financée par nos soins, mais une étude à visée professionnelle, avec un échantillon professionnel. Je veux certes que l’on mesure si cela améliore la performance, mais aussi si cela peut différer une baisse de performance. Cela dit, tant que nous ne disposons pas de preuves scientifiques, d’arguments juridiques, et si l’AMA Agence mondiale antidopage, organisation internationale indépendante créée le 10/11/1999.
Siège : Lausanne (SUI).
ne l’interdit pas non plus, l’UCI ne peut pas interdire les cétones.   

Comment votre organisation peut-elle capitaliser sur la thématique de la mobilité verte ?  

La bicyclette est un élément clé de la mobilité au quotidien »

Le cœur de métier de l’UCI est la compétition, mais en tant qu’instance faîtière du cyclisme mondial reconnue par le CIO Comité International Olympique (International Olympic Committee, IOC) , nous considérons le volet mobilité à vélo très important. Dans ce cadre, nous occupons une place centrale au sein d’un écosystème du vélo pour tous constitué d’ONG Organisation Non-Gouvernementale et de multiples acteurs institutionnels, notamment au sein de certaines de nos Fédérations Nationales membres. La bicyclette est un élément clé de la mobilité au quotidien, et ce domaine est lié au cyclisme de compétition : haut niveau et pratique largement répandue du cyclisme, que ce soit au niveau des loisirs ou comme moyen de transport, sont étroitement liés. 

Un enfant cycliste à Innsbruck (Autriche), une UCI Bike City - ©  UCI

Parmi les villes et pays qui accueillent nos compétitions, nombreux sont ceux qui ont développé et mettent en œuvre une stratégie globale autour du vélo, pour être identifiée comme destinations cyclistes par exemple, comme l’Écosse qui accueillera les Championnats du monde de cyclisme unifiés en 2023, ou autour de thématiques du sport santé. Notre label UCI Bike City  s’inscrit dans cette dynamique. 

Notre sport répond à nombreux enjeux contemporains  »

Notre sport répond à nombreux enjeux contemporains (lutte contre le changement climatique, contre la congestion du trafic, promotion d’un mode vie actif, etc.), et je trouve qu’il n’est pas suffisamment question de vélo dans les grandes conférences internationales, notamment pendant la conférence des Parties des Nations unies sur le climat (« COP 26 »), alors que nous offrons une solution pour répondre à de nombreux défis auxquels nos sociétés font face aujourd’hui. 

Le vélo est trop souvent au cœur de faits divers impliquant des automobilistes, notamment en Europe. Comment peut-on aider à une meilleure cohabitation sur la route ?  

Je fais partie du Haut conseil mondial de la sécurité routière »

Cette thématique est clairement de notre ressort. On dénombre 48 000 décès par année au niveau mondial parmi les cyclistes, et on ne voit que trop peu d’améliorations des comportements des automobilistes. C’est pour cela que l’on demande des aménagements. Nous avons créé une campagne sur la sécurité routière avec la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA), avec Ralph Schumacher et Julian Alaphilippe comme ambassadeurs. Je fais partie du Haut conseil mondial de la sécurité routière qui intègre désormais toutes les parties prenantes de la mobilité : le président de la Fédération Internationale de Motocyclisme Jorge Viegas, celui de la FIA Jean Todt, et celui de World Athletics Activité : Fédération internationale d’athlétisme • IAAF jusqu’en 2019 • rebaptisée « World Athletics » à partir d’octobre 2019 Création : 1912 Président : Sebastian Coe Vice-président senior … Sebastian Coe, car les adeptes de la course à pied peuvent aussi être en danger.  

Avec son budget d’environ 45 millions d’euros, l’UCI ne peut pas financer les aménagements des villes, les pistes cyclables, etc., mais nous pouvons mettre en relation les acteurs impliqués, mettre les gens en contact via le réseau UCI Bike City  par exemple.  

• Président de la Fédération Internationale depuis le Congrès UCI de Bergen (Norvège), qui s’était tenu en septembre 2017, David Lappartient est réélu à Louvain (Belgique) pour un deuxième mandat de quatre ans à la tête de l’institution, le 24/09/2021. Seul candidat en lice, il a été réélu par acclamation.

• Luc Tardif est élu président de la Fédération Internationale de Hockey sur Glace (IIHF) à l’issue d’une élection organisée à Saint-Petersbourg (Russie), le 25/09/2021.« L’actuel président de la Fédération Française de Hockey succède au Suisse René Fasel (1994-2021) qui ne s’est pas représenté, et devient le 14e président de l’IIHF, le deuxième Français après le président fondateur Louis Magnus », expliquait la FFHG.

• Le Français Jean-Christophe Rolland, né le 03/07/1968, a été réélu à l’unanimité pour quatre ans à la présidence de la Fédération Internationale des Sociétés d’Aviron (FISA / World Rowing), lors du Congrès annuel de l’instance,  le 06/11/2021. Champion olympique 2000 en deux sans barreur, Jean-Christophe Rolland, président de World Rowing depuis juillet 2014, était le seul candidat en lice. Son nouveau mandat, le troisième, court jusqu’au 31/12/2025. Jean-Christophe Rolland est en outre membre du CIO.

Comment améliorer la représentativité de la France à la tête des instances internationales ? 

La maîtrise de la langue anglaise est un point clef »

Des Français sont à la tête de trois Fédérations Internationales olympiques (aviron, hockey sur glace et cyclisme), ce qui n’est pas négligeable sur un total de 39. Le sport est de plus en plus international, avec des dirigeants provenant de tous les pays, et le sujet de la maîtrise de la langue anglaise est évidemment un point clef. Il faut avoir une stratégie et s’impliquer dans ces fédérations pour ensuite apparaître comme candidat naturel. Cela se travaille de l’intérieur. Un autre élément important est de porter la vision européenne d’un système ouvert (vs ligue fermée), de peser sur ce sujet où la valeur sportive prime. 

Where is Peng Shuai ? La question se pose toujours - ©  WTA

Comprenez-vous la réaction de la WTA Women’s Tennis Association, Association du tennis féminin. Fondée en 1973, basée à Saint Petersburg (FL, États-Unis). Organise les tournois du circuit de tennis professionnel féminin. dans l’affaire Peng Shuai Publié le 03/12/2021 à 12:00
« La situation impliquant Peng Shuai continue de soulever de sérieuses inquiétudes au sein et au-delà de notre sport. Jusqu'à présent, la réponse à ces préoccupations n’a pas été à la hauteur. Nous…
 ? 

Il s’agit de trouver une ligne de crête entre indifférence et interférence »

Il s’agit de trouver une ligne de crête entre indifférence et interférence. Ce qui est important dans le sport, c’est qu’il est porteur de valeurs qui ne sont pas négociables, comme les droits de l’homme et le respect des athlètes. C’est fondamental, parce que nous parlons à tout le monde, et pas uniquement au champ politique, et que nous pouvons faire passer des messages forts. Ce qui se pratique parfois en politique est plus complexe à faire dans le sport, même si chaque pays a sa culture, qu’il faut essayer de respecter.  

David Lappartient

Date de naissance : 31/05/1973

1998 : ESTP


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

Union européenne de cyclisme
Président
Ville de Sarzeau
Maire
Wold Cyclin Center
Vice-président
Grand Prix de Plumelec-Morbihan
Président
Union Cycliste Internationale (UCI)
Président commission VTT

Fiche n° 25819, créée le 21/09/2017 à 15:21 - MàJ le 02/05/2018 à 11:37

Union Cycliste Internationale (UCI)

Activité : instance faîtière du sport cycliste dans le monde
Création : 1900
Président : David Lappartient
Directrice générale : Amina Lanaya
Fédérations : 201
Salariés (2020) : 104 au 31/12/2020
Chiffre d’affaires :
2020 : 29 millions de francs suisses
• 2019 :
40,7 millions de francs suisses
• 2018 : 40,2 millions de francs suisses
Résultat d’exploitation :
2020 : -1,8 millions de francs suisses
• 2019 :
-6,9 millions de francs suisses
• 2018 : -5,9 millions de francs suisses
Résultat net :
2020 : -1,0 millions de francs suisses
• 2019 :
-3,5 millions de francs suisses
• 2018 : -7,3 millions de francs suisses

Partenaires majeurs :

• Tissot (horlogerie), chronométreur officiel et du Centre Mondial du Cyclisme
• Shimano (matériel pour vélos)


Partenaire officiels :
• Mapei (colles), partenaire principal des Championnats du Monde Route UCI
• GoPro (caméras), sponsor exclusif de caméra sur la Coupe et les Championnats du Monde Mountain Bike UCI ainsi que les Championnats du Monde BMX
• Oakley (lunettes)
• SMS Santini (équipementier cyclisme)


Fournisseurs officiels :
• The sufferfest (site internet de conseil d’entrainements)
• ProGate (infrastrutures pour le cyclisme)
• Box (matériel pour vélos)
• Big Bobble Hats
(bonnets)
• Wahoo (fitness)
• Seasucker (supports pour voitures)

Partenaire des épreuves de VTT :
• Mercedes-Benz
(automobile) : sponsor titre du circuit de la Coupe du monde et des championnats du monde à partir de 2018
• Vittoria (pneus), 2021-2025


Catégorie : Instances


Adresse du siège

Ch. de la Mêlée 12
1860 Aigle Suisse


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 5819, créée le 21/09/2017 à 03:27 - MàJ le 23/12/2021 à 15:17

©  Twitter
David Lappartient (FRA), président de l’UCI - ©  Twitter