ExclusifCyclisme : « Environ 1,5 M€ d’aides mobilisés sans mettre en danger nos finances » (Michel Callot, FFC)

News Tank Sport - Paris - Entretien n°219079 - Publié le 09/06/2021 à 14:00
- +
©  FFC
Michel Callot, président de la Fédération Française de Cyclisme - ©  FFC

« Nous avons su mobiliser un plan de relance d’environ 1,5 million d’euros sans mettre en danger la Fédération qui a su reconstituer ses fonds propres. Sur les trois actions majeures du plan de relance, deux concernaient la prise de licences, avec notamment une réduction sur le renouvellement de la licence jeune. Nous constatons que ce dispositif semble avoir permis d’enrayer la baisse des licences », déclare Michel Callot, président de la Fédération Française de Cyclisme, à News Tank le 04/06/2021.

« La chance de notre Fédération, c’est le vélo et le champ des possibles qu’il offre au-delà de la simple compétition sur plusieurs axes, notamment la mobilité douce. Notre message est de dire que nous devons créer des portes d’entrée autour du concept de mobilité, ce qui aidera ensuite par ricochet l’axe sportif pour ceux qui le souhaitent. Nous expérimentons donc des offres comme celle faite dans les Yvelines auprès des EPHAD dont les membres font du home trainer. Nous modélisons ensuite ces offres et les mettons à disposition des clubs et des territoires », explique le dirigeant, élu pour un second mandat de quatre ans le 27/02/2021.

« Nous voulons mener une accélération du plan de féminisation pour l’olympiade de Paris 2024 parce nous comptons seulement 11 % de licenciées. Nous devons réfléchir à la manière dont est prise la licence afin de ne pas toucher uniquement des compétitrices, mais aussi des femmes adeptes d’un autre type de pratique », déclare Marie-Françoise Potereau, vice-présidente de la FFC Fédération Française de Cyclisme , qui détaille le plan de féminisation de la FFC (voir ci-dessous).

« Ces Championnats, comme celui d’Épinal (Vosges, du 17 au 20/06/2021), sont des événements où le budget est équilibré, mais qui mobilisent 15 personnes au siège fédéral. Le Championnat de France Élite sur route demeure cependant notre produit le plus visible, une vitrine essentielle pour notre dynamique et un coup de projecteur sur notre activité fédérale », ajoute Michel Callot qui répond aux questions de News Tank.


« Nous sommes résolument optimistes à l’horizon Paris 2024 » (M. Callot, FFC)

Quel plan de relance fédéral avez-vous déployé pour faire face à la crise ? Comptez-vous le prolonger ? 

Un dispositif d’intéressement et de soutien aux organisateurs de compétitions »

Sur les trois actions majeures du plan de relance, deux concernaient la prise de licences, avec notamment une réduction sur le renouvellement de la licence jeune. Même si la crise nous impacte fortement en 2020-21, via le frein induit par la jauge des compétitions en extérieur fixée à 50 personnes maximum, et si notre campagne n’est pas achevée, nous constatons que ce dispositif semble avoir permis d’enrayer la baisse des licences. Nous avons complété cela avec un dispositif d’intéressement et de soutien aux organisateurs de compétitions, mais nous n’avons pas encore pu réellement agir faute de compétitions.  

Nous sommes persuadés qu’il faut prolonger ce plan de relance »

Pour la suite, nous sommes persuadés, avec le bureau directeur, qu’il faut prolonger ce plan de relance en le réorientant. C’est une réflexion et un travail de construction et d’analyse que nous menons actuellement. Nous essayons de le croiser avec les besoins de territoires pénalisés financièrement pour la deuxième année consécutive. Au 30/06/2021, nous aurons une vision précise des conséquences financières et nous pourrons alors aboutir, comme promis, à un budget rectificatif en juillet.

Cyclisme sur piste au Vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines - ©  FFC

Quel a été l’impact sur vos finances ? 

Nous avons su mobiliser ce plan de relance d’environ 1,5 million d’euros sans mettre en danger la Fédération Fédération Française de Cyclisme qui a su reconstituer ses fonds propres.

Il faut aussi saluer la fidélité de nos partenaires. Nous n’avons subi aucune perte pendant la crise. Notre travail de restructuration du siège a aussi participé à notre solidité. Nous sommes structurellement excédentaires et avons donc la possibilité de réinvestir cela.

Opérer un développement plus large vers des cibles plus larges de pratiquants »

Vu l’état de la Fédération donc, et le travail accompli, nous sommes résolument optimistes à l’horizon Paris 2024. Nous avons par exemple beaucoup poussé les territoires à aller vers l’emploi et la professionnalisation. Aujourd’hui, nous avons 61 dossiers de demandes d’emploi dans le cadre du dispositif de l’Agence nationale du Sport • Structure juridique : GIP (Groupement d’Intérêt Public) • Date de création : 24/04/2019 • Président : Michel Cadot • Vice-présidents : Denis Masseglia et Jean-Paul Omeyer / David Lazarus …  qui sont lancés, sur un objectif de 120 emplois. Cela veut dire des créations d’emploi pour proposer des services additionnels dans le cadre du dispositif « savoir rouler », de la dynamique autour de la mobilité ou de notre agrément tourisme. Nous voulons opérer un développement plus large vers des cibles plus larges de pratiquants. 

Le Vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines - ©  FFC

Où en est la réouverture au public du Vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines, siège de la FFC ?

Le Vélodrome est ouvert en tant que centre de vaccination »

Le Vélodrome est ouvert en tant que centre de vaccination, ce qui constitue un point de complexité à quelques semaines des JO de Tokyo, même si nos coureurs arrivent à s’entraîner autour des zones de vaccination. L’usage de la partie piste reste donc limité au sport de haut niveau. 

Vous allez réussir à organiser les Championnats de France de Cyclisme sur route pour la deuxième année consécutive malgré la crise sanitaire. 

Ces Championnats, comme celui d’Épinal en 2021, sont des événements où le budget est équilibré, mais qui mobilisent 15 personnes au siège fédéral. Le Championnat de France Élite sur route demeure cependant notre produit le plus visible, une vitrine essentielle pour notre dynamique et un coup de projecteur sur notre activité fédérale. 

Le prélude d’une période événementielle forte en 2022 »

Ce sera le prélude d’une période événementielle forte en 2022 avec les Mondiaux de VTT aux Gets (Haute-Savoie), ceux de BMX à Nantes (Loire-Atlantique) et la piste au Vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines (Yvelines). Nous travaillons sur l’héritage laissé par ces épreuves qui sont des leviers de notoriété et de communication. Ces jalons événementiels sont primordiaux pour démontrer notre savoir-faire en vue des JO de 2024 auxquels nous prétendons participer. Nous allons ainsi répondre à des appels d’offres du COJO Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. pour ce faire, mais nous pensons que si des fédérations nationales ont su démontrer leur expérience, elles devraient pouvoir bénéficier d’un regard favorable du COJO, qui est une émanation du CNOSF Comité National Olympique et Sportif Français

• « Il s’agit de notre deuxième plan de féminisation, pour une deuxième olympiade, celle de Paris 2024, où nous voulons mener une accélération parce nous comptons seulement 11 % de licenciées. Nous devons réfléchir à la manière dont est prise la licence afin de ne pas toucher uniquement des compétitrices, mais aussi des femmes adeptes d’un autre type de pratique.

• Pour ce faire, nous nous sommes entourés d’ambassadrices et nous sommes accompagnés par la FDJ avec laquelle nous proposons, sur l’ensemble du territoire, le samedi, des sorties à vélo mixtes ou uniquement pour les femmes, sachant que le vélo est leur premier outil d’émancipation. Nous sommes de plus en plus sollicités sur ce type de dispositifs par les territoires, avec la logique de dire que si l’on séduit les mères, les filles suivront.

• Outre la pratique, le plan de féminisation touche aussi la gouvernance dans une logique de parité. Nous nous devions, sur ce mandat, d’accroitre la représentation féminine : chaque secteur a désormais sa référente féminine et les femmes représentent 25 % du conseil.

• Dans le cadre de l’initiative Impact 2024, la FFC promeut aussi l’accessibilité des métiers du sport pour les femmes (directrice sportive, mécanicienne, etc.). Nous avons d’ailleurs tenu une première conférence pour inciter les acteurs de la région Auvergne-Rhône-Alpes à se mobiliser là-dessus et nous tournons en ce moment 10 clips sur des femmes qui occupent ces fonctions au sein de nos structures.

• Nous prenons aussi à bras le corps le sujet de l’arbitrage féminin, nous avons un cadre féminin dédié au sport santé, et nous déployons un plan de lutte contre les violences sexuelles dans le sport. Nous avons ainsi signé une convention avec l’association Éthique et Sport pour mettre en place des outils d’accompagnement.

• L’ambition, pour ce plan et tous les sujets évoqués, est de passer un cap pour Paris 2024, afin qu’à cette date, nous n’ayons plus besoin de parler de plan de féminisation, mais de plan de développement. »

Marie-Françoise Potereau, vice-présidente de la FFC, à News Tank le 04/06/2021

Vous venez de nouer des accords autour de la digitalisation et de services additionnels avec Sports’N Connect Publié le 29/03/2021 à 14:30
Sports’N Connect, plateforme créée en 2017 et spécialisée dans les offres numériques et la digitalisation des clubs, devient « fournisseur officiel digitalisation et services » de la Fédération…
ou Pédaleur . Pourquoi multipliez-vous ce genre d’initiatives ?

Nous voulons générer un maximum de trafic sur Sports’N Connect »

Nous voulons générer un maximum de trafic sur SportsN Connect et en faire une plateforme dédiée au vélo où on puisse trouver toutes sortes de services. Nous proposons aux clubs d’y afficher ce qu’ils font, de proposer autre chose que du sportif et leur permettre de vendre directement leurs services. La plateforme doit supporter notre stratégie de pénétration à partir du vélo, et servir le recrutement pour la partie sportive. Si nous voulons continuer à nourrir le sportif, il faut utiliser nos savoir-faire pour toucher un public plus large. 

Sports’N Connect x FFC - ©  Sports’N Connect x FFC

La chance de notre Fédération Fédération Française de Cyclisme , c’est le vélo et le champ des possibles qu’il offre au-delà de la simple compétition sur plusieurs axes, notamment la mobilité douce. Notre message est de dire que nous devons créer des portes d’entrée autour du concept de mobilité, ce qui aidera ensuite par ricochet l’axe sportif pour ceux qui le souhaitent. Nous expérimentons donc des offres comme celle faite dans les Yvelines auprès des EPHAD dont les membres font du home trainer. Nous modélisons ensuite ces offres et les mettons à disposition des clubs et des territoires.

Dans cette même optique, avez-vous des liens avec Cycling Heroes ou Strava ?

Dupliquer certain de leurs concepts sur Sports’N Connect »

Nous sommes conscients de l’implantation de ces offres que nous n’ambitionnons pas de concurrencer. En revanche, nous voudrions dupliquer certains de leurs concepts sur SportsN Connect comme la possibilité de monter des rendez-vous de cyclistes, d’échanger des données relatives à ses sorties, etc. Nous essayons de nous réapproprier un outil communautaire. 

En partenariat avec la startup française Kinomap autour du e-cycling »

Nous avons par ailleurs essayé de nouer des liens autour du e-cycling avec Zwift, mais leur approche purement business ne collait pas avec nos moyens. Nous sommes par contre en partenariat avec la startup française Kinomap. C’est plus simple pour nous de construire avec des acteurs français comme nous le faisons avec nos partenaires techniques SKF ou Look qu’avec de grosses structures avec de gros enjeux de marché.

Comment voyez-vous les lancements de plateformes OTT Over-the-top effectués par les autres fédérations ? 

Notre exposition sur des chaînes gratuites sera de plus en plus fragile »

C’est un vrai sujet que nous avons abordé via une expérimentation sur du cyclo-cross. Nous devons renforcer notre volet communication et cela fait partie des dossiers à prendre en compte. Je suis lucide sur le fait que notre exposition sur des chaînes gratuites sera de plus en plus fragile, surtout après 2024. Il faut que d’ici là nous soyons en phase avec la diffusion et les modes de consommation, en particulier pour nos disciplines moins naturellement exposées. Nous sommes dans cette réflexion pour imaginer le modèle économique induit. 

La FFC annonce soutenir Brigitte Henriques Vice-présidente déléguée @ Fédération Française de Football (FFF) • Présidente @ Comité national olympique et sportif français (CNOSF)
• Ancienne internationale française (31 sélections, 2 buts), JSF…
pour les élections au CNOSF Comité National Olympique et Sportif Français du 29/06/2021…

Le monde sportif français ne doit pas sortir fracturé de cette élection »

Oui nous soutenons Brigitte Henriques Vice-présidente déléguée @ Fédération Française de Football (FFF) • Présidente @ Comité national olympique et sportif français (CNOSF)
• Ancienne internationale française (31 sélections, 2 buts), JSF…
et sa méthodologie de co-construction d’un programme. Toutefois, quel que soit le candidat élu (se présentent également Emmanuelle Bonnet Oulaldj Membre du conseil d’administration @ Comité national olympique et sportif français (CNOSF) • Coprésidente @ Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT)
, Patrice Martin Responsable des Relations Publiques @ Groupe Synergie • Membre du conseil d’administration @ Comité national olympique et sportif français (CNOSF) • Président @ Fédération Française de Ski Nautique… et Thierry Rey Conseiller spécial @ Paris 2024 - Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques (COJO)
Formation : • 2014 - 2015 : London Business School, CEO leadership training • 1992 - 1996 …
) ce qui doit primer, c’est que le monde sportif français ne doit pas sortir fracturé de cette élection. Nous avons bien vu avec la crise que la culture pèse rapidement et plus que le sport, que son lobbying est meilleur et si nous voulons être plus efficaces, nous devons conserver cette dynamique d’ensemble favorable. Je trouve, en ce sens, que le comportement entre les candidats est d’un très bon niveau.

Michel Callot

Date de naissance : 18/02/1967

Formation :

• 1993 : ESA Grenoble, MSTCF / DESCF Comptabilité Finance


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

Eduservices
Directeur de l’enseigne nationale IPAC Bachelor Factory
Tremplin Sport Formation
Président Tremplin Sport Formation (Ex établissement public CREPS Rhône-Alpes)
IPAC
Directeur général
Fédération Française de Cyclisme (FFC)
Président du comité Rhône Alpes de Cyclisme

Fiche n° 21858, créée le 13/03/2017 à 11:52 - MàJ le 27/07/2021 à 07:08

Fédération Française de Cyclisme (FFC)

Activité : Fédération française de cyclisme sur route, de VTT, de cyclisme sur piste, de cyclo-cross, de BMX, de cyclisme en salle, de vélo couché, de Free Style Park et de polo vélo
Création : 1881
Président : Michel Callot
Consultant, recherche de partenariats : Philippe Audry (paudry@in-yellow.com)
Clubs (2019) : 2 590
Licenciés (2019) : 120 000
Agences marketing : In Yellow (ffc-servicing@in-yellow.com ; 01 81 88 09 57) et Ysern Associés


Partenaires officiels :
Ministère de la ville de la jeunesse et des sports
• Agence Nationale du Sport
• Alé (textile cyclisme), 2014-2024
• Ag2r La Mondiale (assurances), 2020-2024
• Look (matériel et équipement de cyclisme)
• Skoda (automobile), 2014-2022
• FDJ (loterie, jeux d’argent, paris sportifs)
• SKF (roulement mécanique)
• CIC (banque), 2019-2024



Fournisseurs officiels :
• Bürstner (caravanes)
• Overstim’s (compléments alimentaires) - (2015-2021)
• Corima (roues) : jusqu’en 2020
• AMP VISUAL TV (audiovisuel)
• Sports’N Connect (plateforme de services)


• Fournisseurs techniques :
• Elite
(matériel vélo)
• La Maurienne (tourisme)
• Bultex (literie)
• Kronos (mécanique de précision)
Eldera (textile), partenaire textile hors-course des Équipes de France (2020-2023)


Partenaires médias :
• RMC
• France Télévisions
• Eurosport
• Direct velo



Partenaires évènementiels :

• GSF (propreté), 2012-2023
• Gras Savoye (assurances)
• Laboratoires Fenioux (santé)


Catégorie : Instances


Adresse du siège

Vélodrome National de Saint-Quentin-en-Yvelines
1, rue Laurent Fignon
78180 Montigny-le-Bretonneux France


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 4777, créée le 02/03/2017 à 11:28 - MàJ le 08/06/2021 à 09:26


©  FFC
Michel Callot, président de la Fédération Française de Cyclisme - ©  FFC